Crise des migrants : Anne Hidalgo annonce la création d'un camp de réfugiés au nord de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crise des migrants : Anne Hidalgo annonce la création d'un camp de réfugiés au nord de Paris
©Reuters

Flux migratoire

Crise des migrants : Anne Hidalgo annonce la création d'un camp de réfugiés au nord de Paris

Anne Hidalgo explique que le campement se trouvera "près des lieux d'arrivée des migrants" sur un terrain de la ville, et sera géré en lien avec des associations d'aide aux réfugiés.

La maire PS de Paris a annoncé mardi 31 mai la création d'un camp humanitaire de réfugiés au nord de la capitale afin d'offrir "un accueil de jour" mais aussi "l'hébergement de personnes qui arrivent démunies". 

Si le lieu exact où sera installé ce campement doit être décidé dans les prochains jours, Anne Hidalgo explique qu'il se trouvera "près des lieux d'arrivée des migrants" sur un terrain de la ville, et sera géré en lien avec des associations d'aide aux migrants. Ce camp humanitaire pourrait être opérationnel d'ici un mois.  "On va mettre les bouchées doubles", ajoute Anne Hidalgo. 

Selon la mairie de Paris, la capitale doit faire face depuis plus d'un an à "un flux migratoire sans précédent". Un campement où se trouvent environ 800 personnes a récemment fait son apparition près du jardin d’Eole dans le 18e arrondissement. Il y a quelques semaines, plus de 1 600 migrants vivant sous le métro aérien Stalingrad, dans le nord de la capitale, avaient été évacués. 

>>>> À lire aussi : Anne "néo Mao" Hidalgo : mais à quoi ressemblerait le quinquennat d’une maire de Paris devenue présidente, elle qui trouve le gouvernement "conservateur sur les questions de société et ultralibéral sur les questions économiques" ?

Lu sur France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !