Covid-19 : près de 4.000 variants dans le monde ont été recensés, d'après un ministre britannique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Covid-19 monde variant
Covid-19 monde variant
©HECTOR RETAMAL / AFP

Mutations

Covid-19 : près de 4.000 variants dans le monde ont été recensés, d'après un ministre britannique

Dans le monde, il existerait actuellement 4.000 variants du virus à l’origine de la Covid-19, selon des précisions ce jeudi des autorités britanniques.

Alors que de nombreuses questions se posent sur le plan sanitaire sur les variants, les laboratoires AstraZeneca, Moderna et Pfizer-BioNTech "cherchent comment ils peuvent améliorer leur vaccin pour s’assurer que nous sommes prêts pour n’importe quel variant", a déclaré à Sky News Nadhim Zahawi, le ministre britannique du déploiement des vaccins.
 
Selon lui, il existe actuellement environ 4.000 variants du coronavirus. Parmi eux, découverts notamment en Grande-Bretagne, au Brésil et en Afrique du Sud, seule une très petite quantité est cependant susceptible de muter de manière profonde, selon le British Medical Journal.
 
Malgré ces nombreux variants (4.000 en circulation), le ministre a tenu à être rassurant. Pour lui, il est "très peu probable" que les vaccins actuels ne fonctionnent pas contre ces différentes mutations du virus. 
 
"Il est très peu probable que le vaccin actuel ne soit pas efficace sur les variants, que ce soit dans le Kent ou d'autres variants, en particulier en cas de maladie grave et d'hospitalisation. (...) Nous conservons une bibliothèque de toutes les variants afin que nous soyons prêts à répondre à tout défi que le virus peut présenter et produire le prochain vaccin".
 
Selon l'OMS, les nouveaux variants de la Covid-19 ne cessent de se propager. 
Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !