Covid-19 : le ministère de la Santé estime que 50 millions de primo-vaccinés fin août reste un « objectif atteignable » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une membre du personnel soignant s'apprête à vacciner un collègue dans la ville de Lyon.
Une membre du personnel soignant s'apprête à vacciner un collègue dans la ville de Lyon.
©JEFF PACHOUD / AFP

Campagne vaccinale

Covid-19 : le ministère de la Santé estime que 50 millions de primo-vaccinés fin août reste un « objectif atteignable »

3,5 millions de Français doivent encore être vaccinés contre la Covid-19 pour atteindre cet objectif. Le gouvernement table sur un rebond de la vaccination avant la rentrée.

Malgré un ralentissement des prises de rendez-vous, le gouvernement maintient son objectif de 50 millions de vaccinés contre la Covid-19 avec une première dose à la fin août. Le ministère de la Santé juge cet objectif « atteignable » grâce à un « effet rebond » à l'approche de la rentrée.

« On est à 46,5 millions de primo-vaccinés, il nous manque 3,5 millions pour arriver à l'objectif », selon des précisions ce mardi au ministère de la Santé, d’après des informations du Figaro.

Le ministère a admis qu'il y avait eu « un ralentissement » la semaine du 9 août avec 3,1 millions d'injections contre 3,5 millions la semaine précédente, dont 1,5 million de primo-injections.

Selon le ministère, « il y a environ 100.000 rendez-vous de primo-injections pris chaque jour contre 150.000 au début du mois ».

Parvenir à 86% de plus de 12 ans primo-vaccinés est « un objectif très ambitieux », c'est « un défi collectif, mais atteignable », selon cette même source et d’après les précisions du Figaro.

La rentrée scolaire de début septembre devrait renforcer les chiffres de la vaccination.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !