Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments autorise la vaccination des 12-15 ans avec le vaccin Pfizer-BioNTech | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une dose de vaccin contre la Covid-19 et le logo du laboratoire Pfizer.
Une dose de vaccin contre la Covid-19 et le logo du laboratoire Pfizer.
©JOEL SAGET / AFP

Immunité

Covid-19 : l'Agence européenne des médicaments autorise la vaccination des 12-15 ans avec le vaccin Pfizer-BioNTech

L'autorité de régulation européenne s'est prononcée ce vendredi 28 mai en faveur de l'élargissement de la vaccination contre la Covid-19 pour le public des adolescents avec le vaccin Pfizer-BioNTech.

Le vaccin à ARN messager des laboratoires Pfizer-BioNtech devient officiellement le premier vaccin contre la Covid-19 à être autorisé pour les adolescents au sein des 27 pays de l'Union européenne. L'agence européenne des médicaments (EMA) avait été saisie par les laboratoires sur le sujet. Elle s'est déclarée ce vendredi 28 mai en faveur de l'utilisation du vaccin chez les 12-15 ans.

Le vaccin disposait déjà en Europe d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle pour les plus de 16 ans.

Ce feu vert intervient après l'analyse des résultats d'une vaste étude clinique réalisée par le laboratoire sur des milliers d'adolescents.

Le 10 mai, l'Agence américaine des médicaments avait annoncé étendre l'utilisation du vaccin aux jeunes âgés de 12 à 15 ans.

La décision de l'EMA devrait donc être suivie en France, d'un avis de la Haute Autorité de santé (HAS). Cette dernière doit se prononcer en faveur de son administration aux adolescents de 16 à 18 ans, voire dès 12 ans.

Reste à savoir quand cette possiblité de vacciner les plus jeunes avec le vaccin Pfizer-BioNTech sera officiellement autorisée et décretées en France pour le nouveau calendrier vaccinal. 

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !