Corruption : le sénateur Philippe Kaltenbach condamné à un an de prison ferme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Corruption : le sénateur Philippe Kaltenbach condamné à un an de prison ferme
©Capture d'écran Youtube

Décision de justice

Corruption : le sénateur Philippe Kaltenbach condamné à un an de prison ferme

L'élu a été reconnu coupable de corruption passive pour avoir accepté de l'argent liquide de la part d'un de ses adjoints lorsqu'il était maire de Clamart.

Le sénateur des Hauts-de-Seine Philippe Kaltenbach, suspendu du PS, a été condamné vendredi par la cour d'appel de Versailles à deux ans de prison, dont un avec sursis, pour corruption passive, une peine identique à celle prononcée en première instance.

Comme en 2015, l'élu a été reconnu coupable de corruption passive pour avoir accepté de l'argent liquide de la part d'un de ses adjoints lorsqu'il était maire de Clamart (Hauts-de-Seine), contre une promesse d'attribution de logement social à un tiers.

>>>> À lire aussi : Le sénateur Philippe Kaltenbach devant le tribunal : une affaire qui n’arrange pas les affaires du PS

L'intéressé, qui a toujours soutenu qu'il s'agissait d'un simple remboursement de prêt de la part de son adjoint, a en outre écopé d'une amende de 20.000 euros et d'une privation de droits civiques (vote et éligibilité) pour une durée de cinq ans.

Philippe Kaltenbach, absent au prononcé du jugement, s'est dit "abasourdi par cette décision", dans un message posté sur son site internet: "Lors de l'audience du 17 mai, mes avocats avaient apporté à la cour tous les éléments démontrant mon innocence dans ce coup monté politique", a-t-il affirmé.

L'élu a précisé que ses avocats avaient "immédiatement déposé un pourvoi en cassation". "Même si ce pourvoi est suspensif, je ne serai bien évidement pas candidat aux prochaines élections sénatoriales" de septembre, a annoncé M. Kaltenbach.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !