Claude Guéant : Manuel Valls transmet le rapport à la justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le rapport sur les primes de Claude Guéant a été transmis par Manuel Valls à la police.
Le rapport sur les primes de Claude Guéant a été transmis par Manuel Valls à la police.
©

Suite

Claude Guéant : Manuel Valls transmet le rapport à la justice

Le ministre de l'Intérieur a transmis au procureur de la République le rapport d'inspection sur les primes remises à Claude Guéant.

Entre les mains de la justice. Manuel Valls a en effet annoncé ce lundi avoir transmis au procureur de la République le rapport d'inspection sur les primes remises à Claude Guéant, alors qu'il exerçait la fonction de directeur de cabinet au ministère de l'Intérieur. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur a ainsi indiqué qu'il "transmet dès à présent l'intégralité du rapport" réalisé par l'IGPN et les Inspections générales de l'administration (IGA).

Pour rappel, le rapport a été rendu public ce lundi dans la matinée. Il révèle que Claude Guéant aurait eu en sa possession de l'argent liquide chaque mois lorsqu'il était au ministère de l'Intérieur. Environ 10 000 euros par mois, "en provenance des frais d'enquête et de surveillance", ont été "remis au directeur du cabinet du ministre" de l'Intérieur entre mai 2002 et l'été 2004.

Les conclusions de cette enquête montrent que cette pratique de primes, qui avait été abolie le 1er janvier 2002, avait "été rétablie" de mai 2002 à l'été 2004.

La mission constate "que les instructions" visant à les contrôler et les encadrer "ont eu un effet trop limité sur la pratique des services de police". Sous entendant que des abus existent encore, elle réclame un "recadrage rapide" pour que l'usage des frais soit "restreint aux seuls besoins opérationnels liés aux enquêtes". Elle recommande, dans un langage très administratif, "d'actualiser" et de "préciser" leur "base juridique".

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !