Chine : les Bourses ont fermé prématurément jeudi après un nouvel effondrement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Chine : les Bourses ont fermé prématurément jeudi après un nouvel effondrement
©Reuters

Chute libre

Chine : les Bourses ont fermé prématurément jeudi après un nouvel effondrement

C'est la deuxième fois cette semaine que s'active ce mécanisme : les Bourses de Shanghai et Shenzen avaient déjà dû fermer lundi après avoir plongé.

L'effondrement des Bourses chinoises se poursuit. Ce jeudi, elles ont fermé prématurément juste après leur ouvertureet la chute brutale de l'indice de plus de 7% qui a déclenché un mécanisme "disjoncteur" automatique. C'est la deuxième fois cette semaine que s'active ce mécanisme: les Bourses de Shanghai et Shenzen avaient déjà dû fermer lundi après avoir plongé.

A LIRE AUSSI - Quel risque de contamination après la vertigineuse chute de la Bourse en Chine ? 

Cette dégringolade intervient sur fond d'inquiétudes sur le ralentissement de la croissance dans la deuxième économie mondiale et de chute prolongée du yuan - également appelé renminbi. Les autorités ont en effet abaissé jeudi le cours de référence du yuan face au dollar. Il s'agit désormais du taux le plus bas depuis mars 2011. C'est aussi sa plus forte baisse depuis août, selon Bloomberg News.

Il s'agit du huitième mouvement de baisse consécutif décidé par l'autorité monétaire chinoise, relançant les inquiétudes sur la devise. Un yuan plus faible rend les exportateurs chinois plus compétitifs à l'international, mais renchérit les importations du pays. De surcroît, les inquiétudes s'intensifient car le chiffre attendu de la croissance chinoise pour 2015 devrait être de 6,9%, son niveau le plus bas depuis un quart de siècle.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !