Ce réfugié syrien qui vendait à la sauvette pour nourrir sa famille possède aujourd'hui quatre entreprises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ce réfugié syrien qui vendait à la sauvette pour nourrir sa famille possède aujourd'hui quatre entreprises
©??

Une belle histoire

Ce réfugié syrien qui vendait à la sauvette pour nourrir sa famille possède aujourd'hui quatre entreprises

La photo de cet homme avec sa fille sur l'épaule vendant des stylos à la sauvette a fait le tour du monde. Après avoir récolté près de 200 000 dollars de don, il est aujourd'hui chef d'entreprise.

"Non seulement ma vie a changé, mais celle de mes enfants aussi."

Abdul Alim al-Hattar est réfugié syrien, vivant à Beyrouth, père de deux enfants. Sans ressources, il vend des stylos dans la rue pour essayer de nourrir sa famille. Une photo de lui, avec sa fille sur l'épaule, est devenue emblématique et a touché beaucoup de gens, y compris Gissur Simonarson, fondateur du site Conflict News. Il crée une page sur le site de crowd-funding Indiegogo et un compte Twitter, pour lever 5000 dollars pour aider Abdul Alim al-Hattar.

La viralité, l'effet internet, et surtout la générosité jouent leur rôle. Au lieu de 5 000 dollars, c'est plus de 191 000 dollars qui sont levés. 

Aujourd'hui, comme le signale le site Business Insider, Abdul Alim al-Hattar possède quatre entreprises--un restaurant, deux boulangeries, et un kebab. Il a 16 employés, notamment des gens en recherche d'asile, et il déclare que ses entreprises sont à l'équilibre. Il a également donné une partie de ses gains à de la famille et des proches restés en Syrie.

Aujourd'hui, il a emménagé dans un appartement plus grand, et surtout, ses deux enfants sont de nouveau scolarisés, après trois ans d'absence du système scolaire. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !