Calvados : nouvelles dégradations découvertes dans un cimetière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Calvados : nouvelles dégradations découvertes dans un cimetière
©

Indignation

Calvados : nouvelles dégradations découvertes dans un cimetière

Plusieurs dizaines de crucifix ont été déplacés, certains d'entre eux retournés et plantés dans le sol.

Deux jours après la profanation de centaines de tombes dans un cimetière du Bas-Rhin, des dégradations ont été découvertes dans un cimetière de Tracy-sur-Mer, dans le Calvados. Ce sont les gendarmes qui ont constaté les faits mardi soir, dans ce village normand de 350 habitants

Un communiqué du ministère de l’Intérieur fait état de "plusieurs dizaines de crucifix déplacés, certains d'eux retournés et plantés dans le sol".

Sur Twitter, le Premier ministre Manuel Valls a fait part de son "dégoût" face à cette nouvelle affaire de cimetière saccagés.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a quant à lui promis de que  "tout sera mis en œuvre pour identifier, interpeller et déférer à la justice les auteurs de ces actes révoltants qui bafouent nos valeurs et le respect qui scellent notre vivre ensemble."

La brigade de recherches de Bayeux est chargée de l'enquête. Les techniciens en identification criminelle du groupement de gendarmerie du Calvados procéderont aux constatations ce mercredi matin, selon le ministère de l'Intérieur. Ces dernières semaines, plusieurs cimetières ont connu des dégradations similaires dans le canton de Ryes, situé dans le nord-est du Calvados.

Ces dégradations interviennent seulement deux jours après la profanation de 250 tombes dans un cimetière juif d'un village alsacien, à Sarre-Union. Les profanateurs présumés, cinq adolescents mineurs, âgés de 15 à 17 ans, originaires de la région et sans antécédents judiciaires, sont depuis lundi en garde à vue. Ils se défendent de tout antisémitisme.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !