Burkina Faso : Blaise Compaoré dissout son gouvernement et décrète l'état de siège | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Burkina Faso : Blaise Compaoré dissout son gouvernement et décrète l'état de siège
Burkina Faso : Blaise Compaoré dissout son gouvernement et décrète l'état de siège
©Reuters

Mise au point

Burkina Faso : Blaise Compaoré dissout son gouvernement et décrète l'état de siège

Des centaines de milliers de Burkinabés protestent ce jeudi contre une révision constitutionnelle qui permettrait au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis déjà 27 ans, de briguer un cinquième mandat.

Ils ont incendié l'Assemblée nationale, pris d'assaut la télévision publique et encerclé le palais présidentiel… Depuis ce jeudi 30 octobre au matin, des centaines de milliers de manifestants burkinabés protestent à Ouagadougou contre un projet de révision constitutionnelle qui permettrait au président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis déjà 27 ans, de briguer un cinquième mandat.

Malgré les appels au calme, la foule s'est de plus en plus avancée dans les quartiers présidentiels et les gardes de la maison du frère du président ont alors ouvert le feu, tuant trois personnes.  Face à la gravité de la situation, les députés ont suspendu l'examen du texte et Blaise Compaoré a annoncé à la radio la dissolution du gouvernement et l'ouverture des négociations avec l'opposition. Il a également décrété l'état de siège.

Dans le même temps, l'ONU a décidé d'envoyer un émissaire sur place pour tenter de pousser à la négociation. Dans la soirée, l'ancien général Kouamé Lougué, à qui les manifestants ont demandé de prendre le pouvoir, était toujours en pleine discussion avec l'état-major des armées Nabéré Honoré Traoré et les plus hauts gradés du pays.

Blaise Compaoré dirige le Burkina Faso depuis 1987. Il avait déjà fait modifier deux fois la Constitution pour se maintenir au pouvoir. Ces derniers mois, son gouvernement avait laissé croire qu'une nouvelle révision serait soumise à un référendum. Mais depuis l'annonce d'un passage par voie parlementaire, il y a une semaine, la mobilisation de la rue est de plus en plus forte. 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !