Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe

Better safe than sorry

Brexit : des passeports sans la mention "Union européenne" commencent à être distribués

Le Royaume-Uni n'est pourtant toujours pas sorti de l'UE.

Bien malin celui qui sait comment se terminera le Brexit, alors que la Première ministre britannique Theresa May a réclamé vendredi un nouveau report de la date de retrait du Royaume-Uni de l'union. Initialement fixée au 29 mars puis décalée au 12 avril, la dirigeante conservatrice souhaite un délai supplémentaire jusqu'au 30 juin.

Les autorités qui délivrent les passeports des résidents britanniques, eux, n'ont pas perdu de temps et ont commencé à délivrer des passeports où la mention "European community" (Communauté européenne) a disparu. Introduits le 30 mars, ils ont déjà été envoyés à certains citoyens. Tous n’ont pas très bien accueilli la nouvelle, en témoigne des messages postés sur les réseaux sociaux. "Nous sommes toujours dans l'UE. Pourquoi mon nouveau passeport ne le reflète-t-il pas ?", s'est interrogée Susan Hindle Barone, partisane du maintien dans l'Union, à la réception de son nouveau passeport.

"Des passeports bordeaux qui ne présentent pas les mots Union européenne ont été mis en circulation le 30 mars", a déclaré une porte-parole du ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Afin d'écouler les stocks restants, des passeports avec la mention Union européenne continueront à être délivrés pendant une courte période après cette date" et "les deux modèles sont aussi valables l'un que l'autre pour voyager", précise le communiqué.

Le format commun (couleur, mentions sur la couverture, nombre de pages, etc.) des passeports des Etats membres de l’UE avait été décidé par une résolution du Conseil européen en 1981 : après le Brexit, le Royaume-Uni reviendra à la couleur bleue qu'arboraient ses passeports avant cette date, et qui manque aux partisans les plus âgés du Brexit. Ces derniers n'ont d'ailleurs pas vraiment apprécié d'apprendre que ces passeports so british seront produits par la société franco-néerlandaise Gemalto, qui a remporté le contrat d'une durée de 11 ans, pour un montant d'environ 260 millions de livres (300 millions d’euros). 

 

Le Figaro
Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.