Brexit : les pêcheurs français annoncent des blocages dans plusieurs ports et devant le tunnel sous la Manche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les pêcheurs vont mener des actions de blocage ponctuelles ce vendredi 26 novembre dans les ports de Saint-Malo, Calais et Ouistreham pour protester contre la décision du Royaume-Uni.
Les pêcheurs vont mener des actions de blocage ponctuelles ce vendredi 26 novembre dans les ports de Saint-Malo, Calais et Ouistreham pour protester contre la décision du Royaume-Uni.
©DENIS CHARLET / AFP

Bras de fer

Brexit : les pêcheurs français annoncent des blocages dans plusieurs ports et devant le tunnel sous la Manche

Les pêcheurs vont mener des actions de blocage ponctuelles ce vendredi 26 novembre dans les ports de Saint-Malo, Calais et Ouistreham. L'accès au tunnel sous la Manche sera également bloqué en début d'après-midi. Ces actions sont menées pour protester contre la position du Royaume-Uni sur le dossier des licences de pêche.

Les pêcheurs du Pas-de-Calais, de Ouistreham et de Saint-Malo vont mener ce vendredi une action de blocage dans trois ports français. L'accès au tunnel sous la Manche sera aussi ciblé. 

"Les pêcheurs demandent la résolution immédiate du litige qui nous oppose au Royaume-Uni dans l'interprétation de l'accord de Brexit. Notre patience a ses limites, elle n'a été que trop éprouvée", a indiqué Gérard Romiti, le président du comité national des pêches.

L'accès au tunnel sous la Manche par l'autoroute A16 sera bloqué par des véhicules en début d'après-midi, entre 14 heures et 16 heures. Les pêcheurs ont aussi annoncé le blocage de la zone des ferries du port de Calais à midi pour une durée de deux heures, du port de Saint-Malo en début de matinée et de celui de Ouistreham en début d'après-midi.

Depuis le Brexit, de nombreux pêcheurs français n'ont plus accès aux eaux britanniques, ni à celles des îles de Jersey et de Guernesey. Le conflit porte sur un peu plus de 150 licences que la Grande-Bretagne refuse d'accorder, faute de documents prouvant l'antériorité de l'activité de ces bateaux français dans les eaux anglaises. Londres demande des relevés GPS.

Mercredi, la Commission européenne a demandé à Londres que ce contentieux soit réglé pour le 10 décembre, a annoncé l'un de ses porte-parole. 
Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !