Bien que placé à l'isolement, Salah Abdeslam a réussi à entrer en contact avec un autre détenu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Bien que placé à l'isolement, Salah Abdeslam a réussi à entrer en contact avec un autre détenu
©Capture d'écran Facebook

Mystérieux entretien

Bien que placé à l'isolement, Salah Abdeslam a réussi à entrer en contact avec un autre détenu

Leur dialogue a été intercepté par un surveillant. Le seul survivant connu des commandos qui ont commis les attentats des attentats du 13 novembre 2015 y évoque notamment son silence face au juge.

Alors qu'il est surveillé par vidéo 24 heures sur 24, Salah Abdeslam est tout de même parvenu à échanger quelques mots avec un détenu, alors qu'il est placé à l'isolement. Selon BFMTV qui a révélé l’information, les faits se sont produits il y a trois semaines. Le seul survivant connu des commandos qui ont préparé et commis les attentats des attentats du 13 novembre 2015 est entré en contact avec un détenu du même couloir que le sien, à travers leur porte, un soir peu après 21 heures. Immédiatement, leur dialogue a été intercepté par un surveillant.

Leur discussion évoque d’abord l'actualité. Salah Abdeslam, qui a accès aux informations grâce à la télévision, demande : "T'as des nouvelles des surveillants d'Osny ?" Il fait référence à la prison d'Osny, dans le Val-d'Oise, où deux agents de l'administration pénitentiaire ont été agressés violemment par un détenu placé dans une unité dédiée aux personnes radicalisées, le 4 septembre.

Abdeslam dit également quelques mots sur le silence qu'il observait devant le juge d'instruction, qu'il a déjà vu deux fois. "Personne ici ne me fera parler, je suis protégé par Allah. Moi je ne parle pas j'agis". Visé par une procédure disciplinaire depuis les faits, il refuse de confirmer ses propos, et nie avoir eu un échange avec un autre détenu. Depuis ce dialogue, son interlocuteur a été déplacé dans une autre cellule.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !