Avortement aux Etats-Unis : Google va supprimer les données sur les visites aux plannings familiaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Google a annoncé que les données de localisation des utilisateurs seraient automatiquement supprimées en cas de visite dans une clinique spécialisée dans les avortements.
Google a annoncé que les données de localisation des utilisateurs seraient automatiquement supprimées en cas de visite dans une clinique spécialisée dans les avortements.
©ANGELA WEISS / AFP

GAFAM

Avortement aux Etats-Unis : Google va supprimer les données sur les visites aux plannings familiaux

Google va effacer les données sur les visites aux plannings familiaux suite à la décision de la Cour suprême sur l’avortement aux Etats-Unis. « Si nos systèmes identifient qu’une personne s’est rendue dans un établissement (sensible), nous supprimerons ces entrées de l’historique de localisation peu après leur visite », a indiqué Jen Fitzpatrick, une vice-présidente de Google.

Après des semaines de silence sur ce sujet, Google a annoncé vendredi 1er juillet que les données de localisation des utilisateurs seraient automatiquement supprimées en cas de visite dans une clinique spécialisée dans les avortements.

« Si nos systèmes identifient qu’une personne s’est rendue dans un établissement (sensible), nous supprimerons ces entrées de l’historique de localisation peu après leur visite », a précisé Jen Fitzpatrick, une vice-présidente de Google.

L’arrêt Roe v. Wade a été officiellement révoqué vendredi dernier aux Etats-Unis.

Il garantissait depuis près d’un demi-siècle l’accès des femmes à l’avortement sur l’ensemble du territoire américain.

Des élus démocrates et associations de défense des droits humains craignent que les informations personnelles de femmes qui ont avorté ou d’individus qui les auraient aidées ne soient retenues contre eux par les procureurs d’Etats conservateurs ayant interdit l’IVG. Ils appellent donc depuis des semaines les grandes plateformes technologiques à ne plus conserver autant de données personnelles, des recherches en ligne sur l’avortement aux déplacements sur les applications comme Google Maps.

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !