Attentats de Boston : les photos de deux suspects dévoilées par le FBI | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le FBI a diffusé les photos de deux suspects dans les attentats qui ont tué 3 personnes et blessé plus de 170 autres lundi.
Le FBI a diffusé les photos de deux suspects dans les attentats qui ont tué 3 personnes et blessé plus de 170 autres lundi.
©Reuters

Chasse à l'homme

Attentats de Boston : les photos de deux suspects dévoilées par le FBI

Les enquêteurs ont lancé un appel au public pour identifier les responsables des attentats de lundi, qui ont fait 3 morts et plus de 170 blessés.

L'un porte une casquette blanche, l'autre une casquette noire. Les clichés sont relativement flous, mais la police américaine espère que cela pourra l'aider à avancer dans son enquête. Jeudi soir, le FBI a en effet diffusé sur son site Internet les photos de deux suspects dans les attentats qui ont tué 3 personnes et blessé plus de 170 autres lundi à l'arrivée du marathon de Boston. Les deux hommes sont considérés comme "armés et dangereux", a prévenu l'agent fédéral Rick DesLauriers lors d'une conférence de presse.

"Aujourd'hui nous faisons appel à l'aide du public pour identifier ces deux suspects", a-t-il expliqué. "Depuis plus de 100 ans, le FBI a fait appel au public pour qu'il soit ses yeux et ses oreilles. Grâce à l'aide des médias, dans un instant, ces images seront diffusées directement auprès de millions de personnes dans le monde entier", a poursuivi Rick DesLauriers. "Quelqu'un connaît ces personnes, ce sont des amis, des voisins, des collègues, ou des membres de la famille." "Toute information, aussi insignifiante puisse-t-elle paraître, présente un intérêt pour nous", a-t-il insisté. Les deux hommes sont baptisés "suspect n°1" et "suspect n°2". "Ils semblent coopérer", a ajouté Rick DesLauriers. 

Le mobile des attentats de Boston reste inconnu à ce jour, l'acte n'a d'ailleurs pas été revendiqué. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !