Attentats : pour François Hollande, le réseau de Paris et de Bruxelles est "en passe d’être anéanti" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentats : pour François Hollande, le réseau de Paris et de Bruxelles est "en passe d’être anéanti"
©REUTERS / Enrique Marcarian

Représailles

Attentats : pour François Hollande, le réseau de Paris et de Bruxelles est "en passe d’être anéanti"

Plusieurs individus de cette cellule sont pourtant toujours activement recherchés par les enquêteurs.

François Hollande y croit dur comme fer : la cellule terroriste qui a semé la terreur à Paris et à Bruxelles est en passe d'être anéantie. C'est ce qu'a déclaré le président de la République ce vendredi, en marge d'une rencontre avec l'ancien président israélien Shimon Pérès.  "Nous avons eu des résultats pour retrouver les terroristes et, aussi bien à Bruxelles qu’à Paris, il y a eu un certain nombre d’arrestations qui ont eu lieu et nous savons qu’il y a d’autres réseaux", a soutenu le chef de l'Etat, alors que les forces de l'ordre française ont interpellé ce vendredi à Argenteuil, Reda Kriket, qui projetait de frapper la France.François Hollande a toutefois admis que : "Même si celui qui a commis les attentats de Paris et de Bruxelles est en voie d’être anéanti, il y a toujours une menace qui pèse."

Les principaux acteurs et coordinateurs de l’attaque du 13 novembre à Paris sont en effet neutralisés. Abdelhamid Abaaoud, recruteur et planificateur de l’attaque, a été tué à Saint Denis. La semaine dernière, une équipe commune d’enquête franco-belge a interpellé Salah Abdeslam, aujourd’hui incarcéré à Bruges où il attend son transfèrement vers la France. Mardi, Najim Laachraoui, l’artificier présumé du commando du 13 novembre, s’est lui fait exploser dans l’aéroport de Bruxelles. Son ADN avait été retrouvé sur plusieurs engins explosifs à Paris. 

Reste que la cellule n'est pas complétement démembrée. Le Monde précise que "un et quatre individus connus des enquêteurs sont toujours en cavale". Le journal explique que "cette incertitude s’explique par le fait que plusieurs suspects des attentats de Paris et Bruxelles sont arrivés en Europe sous de fausses identités". En conséquence, leur véritable état civil est parfois inconnu, entrainant des difficultés de recoupement.

Parmi les personnes fortement recherchées figurent Mohammed Abrini, complice des terroristes du 13 novembre, et toujours perdu dans la nature. Les enquêteurs belges sont également toujours à la recherche d'un suspect connu sous ce qui semble être un nom d’emprunt : "Naïm Al-Hamed". Ce Syrien de 28 ans, décrit comme "très dangereux". Il pourrait être le troisième homme aperçu sur les images de vidéosurveillance de l’aéroport de Zaventem.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !