Attaque de policiers à Viry-Châtillon : six nouvelles incarcérations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Attaque de policiers à Viry-Châtillon : six nouvelles incarcérations
©ALAIN JOCARD / AFP

Enquête

Attaque de policiers à Viry-Châtillon : six nouvelles incarcérations

Six jeunes ont été mis en examen et écroués cette semaine, dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de quatre policiers dans l'Essonne, en octobre.

Quatre majeurs et deux mineurs, en garde à vue depuis lundi dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de quatre policiers dans l'Essonne en octobre, ont été mis en examen et écroués, a annoncé vendredi le parquet d'Evry. Cela porte à seize le nombre de personnes ont été mises en examen pour "tentatives de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique commises en bande organisée". Il s'agit en effet de la quatrième vague d'interpellations dans cette affaire.

Le 8 octobre, deux policiers ont été sérieusement blessés, et deux autres plus légèrement, dans le quartier de la Grande borne, entre Viry-Châtillon et Grigny dans l’Essonne. L'équipage qui se trouvait dans un véhicule de police était chargé de la surveillance d'une caméra vidéo près d'un feu rouge à Viry-Châtillon. Une quinzaine d'individus s'en sont pris à eux avec des jets de cocktails Molotov. L'un des policiers, le plus gravement touché, est toujours en rééducation en Seine-et-Marne après deux mois d'hospitalisation

Parmi les 16 personnes arrêtées lors de l'enquête, 15 ont été placées en détention provisoire. Toutes sont soupçonnées d'avoir pris part, le 8 octobre, à l'agression. Une partie des personnes mises en examen sont de la Grande Borne. Certains appartiennent "à une même bande", avait affirmé le procureur d’Evry, Eric Lallement, après une précédente opération de police.

Cette attaque avait créé un mouvement de fronde chez les policiers, entraînant de nombreuses manifestations dans toute la France.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !