Arabie saoudite : le royaume pourrait condamner à mort des adolescents dont le neveu du cheikh Nimr al-Nimr | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En janvier, 47 personnes avaient été exécutés dont le cheikh Nimr al-Nimr.
En janvier, 47 personnes avaient été exécutés dont le cheikh Nimr al-Nimr.
©

Droits de l'homme

Arabie saoudite : le royaume pourrait condamner à mort des adolescents dont le neveu du cheikh Nimr al-Nimr

Ali al-Nimr, neveu du cheikh chiite exécuté en janvier, a été jugé parce qu'il encourageait des manifestations en faveur de la démocratie et parce qu'il aurait eu des armes à feu en sa possession.

L'exécution du cheikh et ayatollah chiite Nimr al-Nimr en Arabie saoudite avait suscité l'indignation dans le monde entier. Les organisations de défense des droits de l'homme ainsi que de nombreux Etats avaient fermement condamné le royaume. Aujourd'hui, c'est le sort du neveu du cheikh qui inquiète, Ali al-Nimr pourrait à son tour être condamné à mort.

Ali al-Nimr, qui milite en faveur de plus de démocratie, a été arrêté à l'âge de 17 ans. Il a été condamné à la crucifixion et à la décapitation. Il a été accusé lors d'un procès à huit clos d'encourager des manifestations pro-démocratie et de détenir des armes à feu. Amnesty International a signalé que la famille al-Nimr redoutait une exécution prochaine. Les médias saoudiens ont récemment annoncé que le royaume s'apprêtait à exécuter 4 prisonniers. Ali al-Nimr pourrait en faire partie.

En janvier, 47 personnes avaient été exécutés dont le cheikh Nimr al-Nimr. Les médias locaux ont indiqué que les prochaines exécutions concernaient des actes de terrorisme. Deux autres hommes arrêtés alors qu'ils étaient adolescents, Dawood Hussein al-Marhoon et Abdullah Hasan al-Zaher, risquent d'être exécutés.

"Si ces exécutions sont menées à terme, l'Arabie saoudite démontera une nouvelle fois son mépris pour le droit international qui interdit de condamner à morts des personnes de moins de 18 ans", a affirmé James Lynch directeur adjoint du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. 

Lu sur Albawaba

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !