Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika va démissionner avant le 28 avril | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika va démissionner avant le 28 avril
©Eric Feferberg

Une page se tourne

Algérie : le président Abdelaziz Bouteflika va démissionner avant le 28 avril

Selon l’agence de presse officielle, Abdelaziz Bouteflika va démissionner avant le 28 avril prochain. Après avoir annoncé qu’il renonçait à un cinquième mandat, après le report des élections et après la formation d’un nouveau gouvernement, le président algérien va donc officiellement quitter le pouvoir.

Nouveau rebondissement dans la crise politique algérienne. Le président Abdelaziz Bouteflika, va démissionner d'ici au 28 avril. Cette information a été révélée ce lundi par la présidence de la République dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle APS. Cette date va marquer l'expiration de son quatrième mandat à la tête du pays, qu'il dirige depuis bientôt deux décennies :

"Sa démission (...) interviendra avant le 28 avril 2019".

Selon le communiqué, Abdelaziz Bouteflika prendra auparavant des "mesures pour assurer la continuité du fonctionnement des institutions de l'Etat durant la période de transition".

Le 11 mars dernier, Abdelaziz Bouteflika avait renoncé à participer aux prochaines élections présidentielles. Le scrutin avait été reporté à une date ultérieure. 

La contestation populaire était toujours aussi forte et massive dans les rues d'Alger notamment. Le chef d'état-major de l'armée avait même appelé à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika.

Un nouveau gouvernement a été formé ce dimanche.

Le président algérien va donc démissionner dans les prochaines semaines après avoir renoncé à un cinquième mandat.  

RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !