Algérie : 25 corps découverts ce dimanche sur le site gazier de la prise d'otages | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'assaut final a été lancé samedi par les forces spéciales algériennes. 23 otages ont péri selon un bilan officiel provisoire.
L'assaut final a été lancé samedi par les forces spéciales algériennes. 23 otages ont péri selon un bilan officiel provisoire.
©Reuters

Suite

Algérie : 25 corps découverts ce dimanche sur le site gazier de la prise d'otages

L'Algérien Mokhtar Belmokhtar a par ailleurs revendiqué au nom d'Al Qaïda la responsabilité de la prise d'otages selon le site internet d'information mauritanien Sahara Media.

15h40 : Comme cela était attendu, le bilan s'est alourdi avec la découverte de 25 corps

Vingt-cinq corps d'otages ont en effet été trouvés ce dimanche par les forces spéciales algériennes qui sécurisaient le site gazier du Sahara où s'est déroulée jusqu'à samedi une spectaculaire prise d'otage menée par des islamistes. Le patron de la télévision privée algérienne Ennahar qui a annoncé la nouvelle a expliqué à l'AFP qu'il s'agissait "des corps de 25 otages".

L'Algérien Mokhtar Belmokhtar a par ailleurs revendiqué au nom d'Al Qaïda la responsabilité de la prise d'otages selon le site internet d'information mauritanien Sahara Media. L'ancien "émir" d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) demande également dans une vidéo demande à la France de cesser ses bombardements aériens au Nord-Mali. Il déclare ainsi : "Nous, Al Qaïda, annonçons cette opération bénie. Nous sommes prêts à négocier avec les Occidentaux et le gouvernement algérien à condition qu'ils mettent un terme à leurs bombardements des musulmans du Mali".

Le bilan pourrait être revu à la hausse. Le ministre algérien de la Communication Mohamed Said a en effet déclaré ce dimanche que le bilan des victimes de l'attaque islamiste contre le complexe gazier algérien pourrait bien être "revu à la hausse". Pour rappel, le premier bilan provisoire officiel s'élève à 23 morts et 32 assaillants tués. Il a notamment déclaré : "Je crains fort, hélas, que ce bilan ne soit revu à la hausse". Plusieurs pays ont en effet indiqué que des ressortissants employés dans ce complexe manquaient encore à l'appel.

Suite à l'assaut final, le ministre Affaires étrangères Laurent Fabius a affirmé ce dimanche sur Europe 1 que "face au terrorisme, il faut être implacable" ajoutant que "ce sont des tueurs, ils pillent, ils violent, ils saccagent". Il s'est également dit "heurté qu'on ait le sentiment [que] ce sont les Algériens qui sont mis en cause, alors que ce sont les terroristes" qui devraient l'être. Il a par ailleurs expliqué que "la situation était épouvantable" précisant que "les Algériens mesurent à quel point le terrorisme est un mal absolu" et que si"tout le monde aurait souhaité que l'ensemble des otages soient sauvés mais en même temps quand on connait les difficultés avec des dizaines de terroristes on mesure bien la difficulté". Laurent Fabius a aussi affirmé en ce qui concerne un éventuel lien entre l'intervention française au Mali et la prise d'otages en Algérie qu'"on n'en sait rien, parce que ce qui apparaît c'est qu'une opération comme celle là n'a pu être montée que de nombreuses semaines à l'avance, c'est un phénomène beaucoup plus large". 

Si trois Britanniques et une personne résidant au Royaume-Uni ont été tués dans la prise d'otages, et trois ressortissants britanniques sont probablement morts comme l'a annoncé ce dimanche le Premier ministre David Cameron, le tabloïd norvégien Verdens Gang (VG) raconte qu'un groupe de rescapés ayant fui les militants islamistes est resté 15 heures dans le désert pour échapper aux ravisseurs. Il s'agissait notamment d'un Norvégien de 57 ans et de sept autres personnes dont la nationalité n'a pas encore été révélée. Ils ont fuit le complexe gazier dans la nuit de jeudi à vendredi selon le journal.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !