Afghanistan : les Talibans ont une liste de cibles à abattre au sein de la communauté LGBT, selon une ONG | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des Talibans à Kaboul en Afghanistan.
Des Talibans à Kaboul en Afghanistan.
©REPRÉSENTANT KOHSAR / AFP

Répression

Afghanistan : les Talibans ont une liste de cibles à abattre au sein de la communauté LGBT, selon une ONG

Depuis la prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan, la répression s'intensifie contre les membres de la communauté LGBT. 

La répression s’intensifie contre les membres de la communauté LGBT en Afghanistan, depuis la prise de pouvoir des Talibans en août dernier, selon des informations de France 24. Les personnes LGBT vivent dans la clandestinité. 

Rainbow Railroad est une ONG canadienne qui vient en aide aux Afghans menacés de mort afin qu'ils puissent obtenir l’asile. Selon cette ONG, citée par France 24, "les Talibans ont une "liste noire" de personnes à abattre". 

Sous le précédent gouvernement, soutenu par les Occidentaux, les relations homosexuelles étaient punies par loi et pouvaient conduire à deux ans d’emprisonnement. Depuis que les Talibans sont arrivés au pouvoir après le retrait américain, la situation s’est détériorée.

Si les Talibans n’ont pas officiellement dévoilé leur politique à l’encontre des homosexuels, ils pourraient suivre une stricte interprétation de la loi islamique selon laquelle les relations non hétérosexuelles sont passibles de la peine de mort.

Les Talibans auraient profité du vide du pouvoir dans les jours et les semaines qui ont précédé le retrait américain pour établir cette liste noire. Ils auraient enregistré les noms des personnes que les associations de défense des droits humains souhaitaient évacuer.

Les Talibans auraient utilisé cette liste pour mener une répression active en organisant des guets-apens ou en profitant de la fuite de données numériques.

La mission de l'ONG Rainbow Railroad consiste à trouver un lieu de résidence sûr à des membres menacés de la communauté LGBT, puis à organiser leur fuite "par la voie terrestre ou aérienne" vers un lieu de refuge permanent dans un pays étranger.

France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !