Affaire du groupe AZF : deux suspects ont été mis en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire du groupe AZF : deux suspects ont été mis en examen
©Thomas SAMSON / AFP

Rebondissement judiciaire

Affaire du groupe AZF : deux suspects ont été mis en examen

Les deux suspects du groupe AZF, arrêtés mardi matin, viennent d'être mis en examen.

Rebondissement dans l'affaire du groupe AZF ! Un homme et une femme, arrêtés mardi matin dans l'affaire des menaces proférées en 2003-2004 contre la SNCF au nom du groupe AZF ont été mis en examen. Un autre individu avait été interpellé mardi. Il a finalement été relâché ce jeudi. 

L'homme est un chef d'entreprise, né en 1947. La femme serait elle née en 1962. Ils ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroristes", pour "infraction à la législation sur les explosifs" et "menace de destruction par un moyen dangereux", à chaque fois en relation avec une entreprise terroriste. 

L'homme a été placé sous mandat de dépôt, la femme sous contrôle judiciaire. Ces décisions sont conformes aux réquisitions du parquet. 

Selon une source proche du dossier, ce sont "des signalements remontant à quelques mois" qui ont permis de faire rebondir l'enquête. Les personnes interpellées se seraient en réalité connues en travaillant dans la même entreprise. 

L'enquête a permis de faire un lien entre l'ADN d'un des suspects et celui retrouvé sur le carton contenant la bombe artisanale, découverte il y a 14 ans. 

Le groupe AZF était au coeur de toutes les préoccupations à l'époque. Ils avaient affirmé avoir posé "une série de bombes" sur des voies ferrées et menacé de les faire exploser s'il n'obtenait pas une rançon de 4 millions de dollars et d'un million d'euros. Un engin explosif avait été retrouvé par les autorités en février 2004, sur les indications du groupe AZF.   

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !