73% des Français veulent qu'un élu déjà condamné pour fraude fiscale soit inéligible | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
73% des Français veulent qu'un élu déjà condamné pour fraude fiscale soit inéligible
©

Point de vue

73% des Français veulent qu'un élu déjà condamné pour fraude fiscale soit inéligible

Selon un sondage effectué par Opinionway pour Powerfoule.org et révélé par Le Monde ce lundi, ils sont 84 % à penser de même dans en cas de corruption et 85 % en cas de détournement de fonds publics.

Les Français veulent de la transparence dans la politique et souhaitent avoir des élus "honnêtes". Voilà en creux ce que l'on peut apprendre d'un sondage effectué par Opinionway pour Powerfoule.org et révélé par Le Monde ce lundi. En effet, 73% des Français veulent qu'un élu déjà condamné pour fraude fiscale soit inéligible. 84% des personnes interrogées pensent la même chose en cas de corruption. 85% sont pour l'inégibilité en cas de détournement de fonds publics.

Ce qui ressort aussi de ce sondage, c'est que les Français ont peu confiance en leurs élus. En effet, 90% des sondés pensent que la fraude fiscale est largement répandue. Autre enseignement, pour 24%, seul le Front National semble pouvoir lutter contre la corruption, la fraude fiscale et le détournement de fonds publics. Le Parti socialiste arrive en 2e position avec 13%.

95% des Français veulent aussi que les propositions de parlementaires visant à durcir les sanctions contre les élus fraudeurs et corrompus soient inscrites prochainement à l'ordre du jour à l'assemblée nationale. Sauf qu'en réalité, les électeurs continuent de voter pour des personnalités politiques inquiétées. Le Monde prend en exemple Patrick Balkany, maire UMP de Levallois-Perret qui a été réélu aux élections municipales de mars alors qu'il a été condamné à plusieurs reprises notamment pour prise illégale d'intérêt". A gauche, le socialiste François Bernardini a été réélu à la tête d'Istres alors qu'il avait été condamné en 2002 à 5 ans d'inéligibilité à la suite d'affaires de détournement de fonds publics.

Enquête réalisée en ligne les 19 et 20 novembre 2014 à partir d'un échantillon de 1 016 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !