28% des musulmans de France pensent que la charia est au-dessus des lois de la République | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
28% des musulmans de France pensent que la charia est au-dessus des lois de la République
©Reuters

Vivre ensemble

28% des musulmans de France pensent que la charia est au-dessus des lois de la République

RTL dévoile ce dimanche les conclusions d'un rapport l'Institut Montaigne sur les musulmans de France.

Un rapport de l'Institut Montaigne, un think-tank libéral est dévoilé ce dimanche par RTL. Il dresse le portrait des musulmans de France et suggère des pistes de réorganisation de "l'islam français". 

Selon ce rapport, 46% des personnes interrogées (le sondage a été fait auprès de personnes de confession ou de culture musulmane) sont parfaitement intégrées dans la République et à l'aise avec ses valeurs. Par contre, "le fondamentalisme progresse", alerte l'Institut montaigne. 28% des sondés sont pour le port du voile intégral, considèrent que la Charia est au-dessus des lois de la République et utilisent l'Islam comme instrument de révolte. De plus, 29% des musulmans contestent la laïcité et considèrent qu'elle ne permet pas d'exprimer librement sa religion.

Les sondés sont une grande majorité à ne pas refuser la mixité. 92,5% acceptent de se faire soigner par un médecin et 88% de serrer la main d'une personne de sexe opposé.

65% se déclarent favorables au port du foulard (et 24% à celui du niqab) et 37% des personnes de culture musulmane considèrent que les jeunes filles devraient pouvoir porter le voile au collège et au lycée. 35% des femmes disent porter le voile, un chiffre en forte progression : en 2010, elles n'étaient que 25%.

Selon ce rapport, les musulmans représentent aujourd'hui 5,6 % de la population française et 10% des moins de 25 ans.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !