"Lâcheté des juges" : François Hollande envoie une lettre d’excuses aux magistrats | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Lâcheté des juges" : François Hollande envoie une lettre d’excuses aux magistrats
©

Mea culpa

"Lâcheté des juges" : François Hollande envoie une lettre d’excuses aux magistrats

"Je regrette profondément ce qui a été ressenti comme une blessure par les magistrats" écrit-il dans un courrier adressé au Conseil supérieur de la magistrature.

Une affaire qui risque de traîner comme un boulet. Dans le livre Un président ne devrait pas dire ça.., les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme rapportent que le chef de l'Etat aurait déclaré :  "Cette institution, qui est une institution de lâcheté... Parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas le politique. La justice n'aime pas le politique...".

Souhaitant probablement en finir rapidement avec cette polémique, François Hollande a envoyé un courrier, ce vendredi 14, au Conseil supérieur de la magistrature. Il y exprime ses regrets. Selon lui, ces propos"sont sans rapport avec la réalité de ma pensée comme avec la ligne de conduite et d'action que je me suis fixée comme président de la République, garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire".

Alors que jeudi, les deux plus hauts magistrats de France (le premier président et le procureur général de la Cour de cassation) ont évoqué "une humiliation", le président de la République a voulu appaiser les tensions. "Je regrette profondément ce qui a été ressenti comme une blessure par les magistrats dont je mesure, chaque jour, le courage et le dévouement dans la mission difficile qui est la leur".

 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !