Y-a-t-il vraiment en France un rapport entre allègements d’impôts pour les "riches" et creusement des inégalités ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Y-a-t-il vraiment en France un rapport entre allègements d’impôts pour les "riches" et creusement des inégalités ?
©Reuters

Efficace ?

Y-a-t-il vraiment en France un rapport entre allègements d’impôts pour les "riches" et creusement des inégalités ?

La fiscalité légère y joue un rôle très important. Si la question portait sur les Etats-Unis on pourrait dire que oui les allègements de fiscalité sur les revenus du capital les dividendes etc ont pu jouer un rôle majeur dans les inégalités de revenus mais ce n'est pas le cas en France.

Patrick Artus

Patrick Artus

Patrick Artus est économiste.

Il est spécialisé en économie internationale et en politique monétaire.

Il est directeur de la Recherche et des Études de Natixis

Patrick Artus est le co-auteur, avec Isabelle Gravet, de La crise de l'euro: Comprendre les causes - En sortir par de nouvelles institutions (Armand Colin, 2012)

Voir la bio »

Atlantico : Le creusement des inégalités constatés depuis 15/20 ans ds le monde est il vraiment dû aux « riches » concernés par les allègements d’impôts prévus dans la loi de finances ?

Patrick Artus : Les inégalités ne se sont pas creusées si on regarde les inégalités de revenu.  Si on regarde l'indice Gini des inégalités en France on est a 0.30  points, ce  qui est le niveau le plus bas de l'OCDE et qui est le même depuis 30 ans. Ensuite si on prend l'indicateur Piketty la part du pourcentage aux revenus les plus élevés elle se balade entre 6 et 7% du revenu national ce qui est toujours dans les niveaux les plus bas de l'OCDE et qui est le même qu'il y a 20 ans.  Il n'y a donc en France aucune augmentation quelque soit l'indicateur des inégalités de revenus après redistribution. Par contre ouverture des inégalités de patrimoine. Du a la hausse de l'immobilier, du boursier…

Le refrain de gauche sur la hausse des dividendes n'est pas vrai/ Les dividendes en France ont augmenté a peu près comme le PIB et moins que les salaires.

La situation est donc très différente de l'Allemagne, du Royaume-Uni, des Etats Unis du Japon etc

La question en tout cas n'est pas pertinente pour la France vu qu'il n'y a pas d'augmentation des inégalités de revenu. Si l'on regarde les autres pays comme les US la réponse est oui.

Si l'on regarde la situation aujourd'hui dans l'OCDE le taux d'imposition moyen du revenu du capital, il est en France, toute sorte de capital confondu de l'ordre de 44%. Dans l'ensemble des autres pays de l'OCDE il est de 25% On taxe donc de 19 points de plus que dans les autres pays de l'OCDE les revenus du capital et cela a joué un rôle important dans le maintien d'inégalités faibles.

Avec Macron si l'on va vers le standard OCDE on va provoquer une augmentation des inégalités de revenus mécaniquement puisque les revenus du capital sont surtout reçus par des personnes aux revenus élevés et que la taxation des revenus du capital va baisser. La question "est ce que la réforme Macron de la fiscalité va contribuer à ouvrir les inégalités de revenus en France après distribution" la réponse est oui. Après cela l'autre question est "était-il pénalisant pour la France d'avoir une taxation plus élevée que dans les autres pays". La réponse est oui aussi puisque ça veut dire que le coût du capital est plus élevé que dans d'autres pays. On est donc bien obligé de s'aligner mais cet alignement va ouvrir les inégalités de revenus en France c'est indiscutable.

Est ce que la fiscalité française "tape" la bonne cible ?

La question après fondamentale est "est ce qu'on doit redire les inégalités par des politiques de redistribution" donc par la fiscalité, les transferts sociaux ou est-ce qu'il faut réduire les inégalités en réduisant les revenus primaires? Ce qui pourrait se traduire notamment par une augmentation des bas salaires.

C'est deux façons de réduire els inégalités la premiere consiste à accepter le fait que le marché du travail produise des inégalités de revenu de plus en plus forte que l'on corrige par une fiscalité et des transferts sociaux (technique française ou européenne) et l'autre technique qui consisterait à dire qu'il faudrait que le marché du travail évolue dans un sens , par exemple avec ue hausse des compétences des moins qualifiés qui feriat que les revenus primaires sont moins inégaux. Je pense que ce serait mieux de voir la seconde piste.

Les compétences des Français les moins compétents sont les plus basses de tous les pays de l'OCDE, ce qui évidemment fabrique des plus bas salaires. On a corrigé par une logique redistributive une faiblesse très grave qui est celle des compétences. Il faudrait mieux travailler sur le système de formation et les compétences que de se résilier à ce que les revenus primaires soient inégaux et à  Artus   

La fiscalité à la française pourrait elle vraiment être un instrument efficace pour combattre la nature de ces nouvelles inégalités ?

 On va avoir un énorme problème c'est ce que les économistes appellent la dualité du marché du travail. On créé des emplois en France, le secteur privé a créé 270 000 emplois en un an. C'est beaucoup plus que ce que tout le monde attendait. Ou sont créé ces emplois , La distribution (Amazon) le transport (Uber), la sécurité et la restauration. Tout ça c'est des mplois au SMIC ou autour du SMIC. Aujourd'hui l'évolution du marché du travail fait que les emplois qui se créent sont des emplois peu qualifiés et les politiques n'y peuvent pas grand-chose. La structure des emplois créé des inégalités avec cette masse d'emplois qui sont des bas salaires. On peut se résigner et redistribuer en montant le SMIC par exemple (et donc en taxnat encore plus les classes moyennes) et  à nouveau la bonne solution c'ets d'essaer de monter en gamme les emplois de service ce qu'arrivent à faire certains pays. On est pas condamnés à ce que ces emplois soient des emplois au SMIC. Il fautfaire tout un travail sur la qualification et la formation des gens aujourd'hui.

Je veux bien que l'on combatte certaines inégalités lorsqu'elles sont inefficaces. Si l'on parle de la fiscalité sur les cadres moens ou supérieurs  et qu'on les taxe encore plus ce serait injuste; Après si l'on parle de gens qui vivent de rentes et que l'on reprend ces renes par la fiscalité c'est justifié. Il faudrait faire quelque chose de très difficile, différencier la fiscalité en fonction de revenus considérés comme "légitimes" et d'autres "illégitimes".

Aujourd'hui on a  une pression fiscale en France qui est la plus élevée de l'OCDE et une partie de cette pression vient de notre inefficacité à réduire nos dépenses publiques.?

Dernier point à mentionner : on ne peut pas raisonner dans l'"idéal absolu; Si l'on était le seul pays dans la planète on pourrait fait ce que l'on veut. Mais on vit dans un environnement oùm d'autres font des choix fiscaux auquel on est bien obligé de répondre. Nous sommes dans un environnement contraint et l'uniformisation fiscale dans l'Union européenne est un doux rêve qui n'est pas prêt de voir le jour.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !