Y a-t-il des risques à mettre un adolescent au régime ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Y a-t-il des risques à mettre un adolescent au régime ?
©

A la diète !

Y a-t-il des risques à mettre un adolescent au régime ?

Martine Walker revient sur les conséquences néfastes que peuvent engendrer les régimes sur les jeunes. Extrait de "L'alimentation de mon enfant" (2/2).

Martine Walker

Martine Walker

Martine Walker est diététicienne et praticienne du groupe de réflexion sur l'obésité et le surpoids. Elle dispense ses bons conseils en matière d'alimentation. Vous pouvez la retrouver sur son site

Elle est l'auteur de "L'alimentation de mon enfant" chez First Editions.

Voir la bio »

Qu’est ce qu’un régime ?

Suivre un régime, ce n’est pas nécessairement multiplier les interdictions. C’est d’abord essayer de respecter des principes que l’on s’est fixés (ou pour les enfants, que les parents se sont fixés pour eux). Par exemple : ne pas manger de fromage ou de féculents le soir, prendre un petit déjeuner ou limiter les repas au fast food à une fois par mois, et les pâtisseries à une fois par une semaine… Bref, qu’est ce qui se cache derrière ces principes à première vue pleins de sagesse et de bon sens ? Vous avez reconnu l’idée de contrôler son alimentation en faisant appel à sa raison plutôt qu’à ses sensations alimentaires, c’est la restriction cognitive !

Les risques des régimes

Ça peut donner une mauvaise  estime de soi

Le risque, c’est que l’idée de suivre un régime, ou juste l’envie de maigrir n’aggrave cette mauvaise estime de soi, liée à l’insatisfaction corporelle. Vous ne voyez pas le rapport ? Mais si : votre ado, veut maigrir, mais elle aime bien manger biscuits, frites, hamburger, pizza. or, on observe qu’au fast-food, les filles choisissent plus souvent salades et nuggets, mettant en avant, non des questions de goût, mais des préoccupations nutritionnelles. Si elles évitent de manger de « mauvais » aliments diabolisés par les messages nutritionnels, persuadées qu’ils font grossir, le choix est cornélien. Elles prennent ce qu’elles aiment, mais en se sentant coupables et incapables de volonté, ce qui va diminuer leur estime d’elles-mêmes. Et d’autant plus si elles ont l’intention de suivre un régime, qu’elles vont nécessairement abandonner un jour ou l’autre, lassées des restrictions qu’elles tentent de s’imposer.

Ca peut provoquer des troubles du comportement alimentaire

Suivre un régime amaigrissant est un des premiers facteurs de risque de troubles alimentaires : compulsions, boulimie, anorexie. Le régime consiste à se fixer des règles alimentaires visant à respecter des consignes nutritionnelles aux dépens de ses sensations internes : faim, rassasiement, envies et plaisir. Alors on alterne le contrôle et la perte de contrôle, et on mange en excès des aliments qu’on pense « mauvais » parce qu’on s’en est privé. Et comme on s’imagine qu’on a anéanti ses efforts précédents et que plus rien n’a d’importance, on mange encore plus. Par la suite, on essaie de reprendre le contrôle avant de craquer à nouveau, et c’est la porte ouverte aux premiers troubles du comportement alimentaire.

Ca fait grossir

Croire que son alimentation est contrôlable est complètement irréaliste : avec les nouvelles technologies, on peut contrôler beaucoup de choses, mais la nature, elle, échappe au contrôle, et tous les efforts de volonté sont non seulement inutiles, mais contre-productif à long terme. En réalité, les jeunes qui suivent des régimes s’exposent au contraire à un surplus de poids à l’âge adulte : une étude auprès de 1500 enfants a démontré une prise de poids plus importante en 3 ans chez ceux qui avaient suivi un régime que chez ceux qui n’en avaient pas fait. Les auteurs concluent que les régimes favorisent l’augmentation du poids à moyen terme.

Les effets toxiques des régimes peuvent se faire sentir très tôt : « la restriction alimentaire précoce des fillettes de 5 ans par leur mère développe chez elles dans les années qui suivent, quel que soit leurs poids de départ, la faculté à manger au-delà de la faim, un comportement alimentaire lui-même en relation avec l’élevation de l’IMC, donc une prise de poids excessive.

Alors, si votre enfant est en surpoids, évitez absolument la tentation du régime ! Cette fausse bonne solution risque fort d’aggraver son problème de poids et de favoriser l’installation d’une obésité difficile à traiter et persistante à l’âge adulte.

_________________________________________________

Extrait de "L'alimentation de mon enfant" chez First Editions (27 septembre 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !