Un 12 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un 12 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères
©DIPTENDU DUTTA / AFP

L'art de la punchline

Un 12 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

L'allocution d'Emmanuel Macron sur le Coronavirus, la dangerosité du Covid-19, l'anticipation des épidémies, le télétravail, les larmes de Marlène Schiappa à l'Elysée selon Le Canard Enchaîné... Jean-Sébastien Ferjou réagit sur Twitter à l'actualité.

Jean-Sébastien Ferjou

Jean-Sébastien Ferjou

Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.

Voir la bio »

Dangerosité du Covid-19 

La rédaction du Parisien a publié un article sur la dangerosité du Coronavirus : 

"Des médecins alertent sur la dangerosité du Covid-19, y compris sur des populations jeunes et sans pathologie, et jugent inéluctable la nécessité de mettre toute la France en quarantaine". 

Jean-Sébastien Ferjou a relayé cet article et publié le tweet suivant : 

"La quasi union nationale des responsables politiques sur le traitement du #Coronavirus par les pouvoirs publics masque probablement aussi un malaise face à un défaut collectif d’appréciation de la gravité de la situation. Mais y-a-t-il des oppositions (vraiment) au travail...?" (lien vers le tweet). 

Anticipation des épidémies

L'AFP a publié un message au sujet de l'allocution du président de la République sur le Coronavirus et de son annonce sur les "biens et les services qui doivent être placés en dehors des lois du marché". 

Voici le message publié par l'AFP : 

"Emmanuel Macron a fait l'éloge aujourd'hui de l'État-providence, estimant, à la lumière de la crise du coronavirus, que ce serait une "folie" de laisser certains biens et services aux "lois du marché" et annonçant des "décisions de rupture" à venir #AFP" (lien vers le tweet). 

Le directeur de la publication d'Atlantico a tenu à réagir avec ce commentaire sur les réseaux sociaux: 

"Les marchés sont-ils responsables des (non) décisions prises en matière d’anticipation des épidémies ces dernières années...? Du manque de masques ? Du numerus clausus pour les médecins ? Du retard à l’allumage dans la prise de conscience de la gravité de la situation...? #JustAsking" (lien vers le tweet). 

Télétravail

Le journaliste d'Europe 1, Aurélien Fleurot, s'est exprimé suite à l'allocution d'Emmanuel Macron et sur l'une des annonces concernant le possible recours au télétravail et la fermeture des écoles et des universités à partir de lundi : 

"Emmanuel Macron vient quand même d’annoncer une nouvelle discipline olympique : le télétravail avec enfants à la maison #Covid_19" (lien vers le tweet). 

Jean-Sébastien Ferjou a tenu lui aussi à évoquer ce dispositif qui devrait être un test pour la société française : 

" Et c’est là où nous verrons si la productivité est moindre ou meilleure que le travail au bureau avec réseaux sociaux..." (lien vers le tweet). 

Reprendre le contrôle de certains biens et services 

Anne Rosencher, la directrice déléguée de la rédaction de L'Express et qui travaille pour l'émission 28 Minutes sur Arte, s'est exprimée sur la phrase majeure d'Emmanuel Macron lors de son allocution sur le Covid-19 : 

""Certains biens et services doivent être placés en dehors du marché. Et nous devons en reprendre le contrôle", dit Emmanuel #Macron. Avant de promettre des mesures de rupture. Comment ne pas penser au "Take Back Control" britannique ? Et si le président changeait de cap?" (lien vers le tweet).

Jean-Sébastien Ferjou a commenté avec le message suivant sur Twitter : 

"Oui mais pour quel cap ? L’Europe actuelle est née de 1990 et de la chute du mur de Berlin. Retour à une Europe pré-Maastricht ? La nation et en même temps l’Europe a très légèrement esquissé Emmanuel Macron... (l’Europe des nations en vocabulaire moins nouveau monde ?)" (lien vers le tweet). 

Les larmes de Marlène Schiappa à l'Elysée

Nicolas Moreau a publié un message sur Twitter et a relayé une autre publication du journaliste de Bastien Scordia sur Twitter avec la capture d'écran d'un article du Canard Enchaîné : 

"Selon Le Canard Enchaîné, la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa serait sortie en pleurant du Conseil des ministres la semaine dernière, après que le président Emmanuel Macron ait jugé trop long le bilan de son action dressé lors de cette réunion" (lien vers le tweet). 

Voici le commentaire de Nicolas Moreau sur Twitter : 

"Je ne dis pas que ça pète complètement l'image de la femme forte et fière, mais un peu quand même" (lien vers le tweet).

Marlène Schiappa a tenu à répondre sur Twitter au message de Nicolas Moreau avec la publication suivante : 

"Et ? Je ne suis pas un robot ou un monstre froid, je porte l’engagement pour défendre les femmes avec mon coeur et mes tripes. C’est humain d’avoir des émotions quand on relaie les milliers d’histoires et de demandes qu’elles confient avec l’espoir que ça avance. Cose della vita.. (lien vers le tweet de Marlène Schiappa). 

Jean-Sébastien Ferjou a tenu à réagir suite à cette série de messages : 

"Autant pleurer relève d’un comportement humain compréhensible, autant s’en expliquer contribue peu à l’image de femme d’Etat. Imagine-t-on le général de Gaulle, sous-secrétaire d’Etat en 1940 se justifier sur ses émotions parce que le président du conseil l’aurait rabroué... ?" (lien vers le tweet).

Le directeur de la publication d'Atlantico a publié les messages suivants, destinés à a Sécrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes. 

"Vous avez de la fièvre ? Vos conseillers com’ ont été confinés ou votre compte piraté ? Rien de mieux à faire en pleine crise sanitaire que de sombrer dans des polémiques absurdes avec des journalistes ? A croire que ce sont les Français que vous voulez faire pleurer..." (lien vers le tweet). 

"Sur le fond je vous renvoie à ce thread que je republie donc. Chacun pourra se faire une idée de vos petits arrangements avec la réalité et de l’utilité de certains des combats que vous choisissez de mener... car je respecte, madame, nombre de ceux, plus sérieux, que vous portez" (lien vers le tweet). 

Marlène Schiappa a tenu à répondre avec le message suivant : 

"Vous dirigez un journal qui a titré à propos d’une secrétaire d’Etat : "La Reine des salopes". Vous n’êtes pas en mesure de donner des leçons de bienséance" (lien vers le tweet).

Jean-Sébastien Ferjou a republié un message afin de clarifier la situation sur cet ancien article :  

"Puisque vous avez soutenu le vote d’une loi -scélérate- sur les #FakeNews, vous devriez faire attention. Il n’y a jamais eu sur Atlantico d’article dont le titre ou la thèse auraient traité Marlène Schiappa de Reine des salopes. Thread pour mettre les choses au clair" (lien vers le tweet). 

"Il y en a eu un dont le titre était : « Les filles bien n’avalent pas ! C’est le titre d’un des livres de Marlène #Schiappa.  L'Express avait publié un article révélant qu’elle était l’auteur sous pseudo de livres « érotiques » (lien vers le tweet)

Pour suivre et accéder au compte Twitter de Jean-Sébastien Ferjou, cliquez sur ce lien. Le compte Twitter d'Atlantico est accessible ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !