Royaume-Uni : Pourquoi l'élection britannique marque la double défaite de Theresa May et de Jeremy Corbyn | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Royaume-Uni : Pourquoi l'élection britannique marque la double défaite de Theresa May et de Jeremy Corbyn
©

Double défaite

Royaume-Uni : Pourquoi l'élection britannique marque la double défaite de Theresa May et de Jeremy Corbyn

Un an après le Brexit, conséquence d'une volonté des électeurs de voir le Parlement britannique retrouver sa souveraineté, les électeurs anglais ont privé Theresa May de sa majorité absolue et donné un poids plus important au Labour.

Bruno Bernard

Bruno Bernard

Anciennement Arthur Young.
Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.

Voir la bio »

Comment comprendre la logique électorale de la population ? Quels sont les premiers enseignements politiques à tirer de ce scrutin ? 

Bruno Bernard : Les électeurs britanniques ne voulaient pas de Jeremy Corbyn comme Premier ministre mais ils ne voulaient pas non plus de Theresa May. Ils ont voté pour le Brexit mais peut-être ne veulent-ils pas d’un Brexit brutal, ils ont voté pour les nationalistes écossais en Ecosse mais le signal est clair qu’ils ne veulent pas d’un deuxième référendum sur l’indépendance. En réalité ces résultats sont un appel à la modération de la part de l’électorat britannique envers sa classe politique, les conservateurs restent le premier parti britannique mais ils devront mener les négociations du Brexit dans un esprit modéré et non jusqu’au-boutiste. On pourrait même deviner un espoir de gouvernement de coalition nationale à l’allemande entre le Labour et les Tories, mais c’est peut être aller un peu loin. Le dernier gouvernement de coalition n’a pas laissé que des bons souvenirs dans le Royaume. 

Enfin c’est aussi un signal clair envoyé aux conservateurs que les restrictions budgétaires ont vécu. Si ces derniers sont encore considérés comme les plus à même de gouverner le pays, ils doivent évoluer en ce qui concerne la dépense publique, être moins idéologues peut être. 

 

Qu'est ce que ces résultats laissent entendre pour les négociations sur le Brexit ?

Deux options : soit le début des négociations est repoussé pour permettre au Royaume-Uni de sortir de la crise politique dans laquelle il est entré et cela peut prendre des mois ou bien Theresa May forme un gouvernement avec le ralliement du DUP nord irlandais et elle devra maintenir une ligne dure sur le Brexit car elle n’aura plus la marge de manœuvre réclamée pendant sa campagne. Dans tous les cas ce n’est pas une bonne nouvelle ni pour le Royaume-Uni ni pour l’Union européenne.

 

Jeremy Corbyn a immédiatement appelé Theresa May à démissionner, ce qu'elle exclut. Néanmoins, quel avenir pour le premier ministre anglais selon vous qui est maintenant en difficulté pour ces négociations ?

Elle est blessée politiquement car elle a échoué à obtenir sa majorité absolue et n’aura pas les coudées franches vis-à-vis de son propre parti notamment pour donner des concessions mais en même temps elle a remporté les élections en sièges et en voix et elle est la seule à pouvoir former un gouvernement avec l’aide de l’Irlande du Nord, les unionistes faisant la bascule et les nationalistes irlandais ne siégeant pas à Westminster malgré leurs 7 sièges. 

Sans le Brexit et dans une configuration politique classique, Theresa May devrait remettre son mandat à la tête des Conservateurs en jeu, se retirer et laisser le prochain leader mener les négociations. Le problème réside dans le fait que depuis le jeu de massacre de l’année 2016 qui l’a vu arriver au poste de Premier ministre, les candidats à sa succession sont peu de nombreux, même Boris Johnson ne semble pas en capacité de la remplacer au pied levé. Elle a pour elle de pouvoir dire à ceux qui, dans le camp conservateur, remettrait sa direction en cause : « c’est moi ou le chaos », c’est certainement son plus grand atout.

 

Quelles pourraient être les conséquences pour le pays de voir dans une situation de "Hung Parliament" ?

Le hung Parliament c’est la paralysie politique où chaque projet de loi doit être négocié au cas par cas et voté par des majorités de circonstances. Cette situation provoquerait la nécessité d’organiser rapidement de nouvelles élections dans un pays qui n’en peut plus ou celle pour les partis en place de trouver une sorte de modus vivendi et vu le ton des campagnes respectives cela semble compromis. En conclusion les Tories vont devoir trouver des alliés afin de pouvoir avancer et c’est possible mais cela aura un prix :un Brexit difficile et douloureux pour tout le monde. 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !