Renault sera-t-il le nouveau laboratoire de la réduction du coût du travail ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Renault sera-t-il le nouveau laboratoire de la réduction du coût du travail ?
©

Editorial

Renault sera-t-il le nouveau laboratoire de la réduction du coût du travail ?

Renault menait la danse dans les années 1950 en ce qui concerne les avancées données aux salariés. Mais avec la crise du secteur, cette tendance pourrait s’inverser. L’Etat, toujours actionnaire, devrait alors intervenir, et le cas de l’entreprise de devenir un test.

Michel Garibal

Michel Garibal

Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.

Voir la bio »

Renault a toujours été historiquement un précurseur de la politique sociale. Dès la fin des années cinquante, avec l’essor de la production automobile, l’entreprise publique donnait le « la » en faveur des salariés dans tous les domaines : rémunérations en hausse, congés plus longs, avantages en matière de prestations diverses. Ses initiatives faisaient ensuite tâche d’huile dans l’ensemble de l’économie.

Avec la crise, la chute des fabrications de voitures qui dépasse 20% depuis le début de l’année, Renault va-t-il encore rester un groupe innovateur, mais dans l’autre sens cette fois, celui de la réduction des avantages acquis pour s’adapter à un monde qui change, en clair, en prenant des décisions radicalement opposées, afin de retrouver la compétitivité disparue ?

Les dirigeants du groupe font un constat : les  usines françaises connaissent des performances en perte de vitesse  par rapport à celles qui produisent dans le reste de l’Europe ou au Maghreb. Le coût moyen par employé est beaucoup plus élevé, tandis que la durée du travail est plus courte.

Il devient donc indispensable de revoir une situation qui ne peut plus durer si l’on veut éviter d’autres délocalisations. Une négociation s’est engagée avec les syndicats dans un climat difficile pour ces derniers puisque leurs collègues espagnols viennent d’accepter des mesures draconiennes afin d’obtenir le maintien de l’emploi : la durée du travail sera allongée d’un à trois jours sans augmentation de salaires, les nouvelles embauches se feront à un niveau inférieur de 25% aux conditions  actuelles.

Certes, il n’est pas question d’aller aussi loin en France. Et les syndicats vont se retourner vers l’Etat, qui est toujours actionnaire de Renault pour lui demander de faire entendre sa voix. Car l’attitude du pouvoir continue d’être ambiguë au lendemain de la conférence du chef de l’Etat.

Pour corriger l’impression de flottement qui a marqué les premiers mois de son mandat, François Hollande affirme soudain qu’il veut engager la réduction des déficits au pas de charge, en soulignant que l’accroissement des dépenses publiques passées en cinq ans de 52 à 57% du produit intérieur brut n’avaient pas permis de vivre mieux et qu’il était urgent de revenir  à des  prélèvements plus raisonnables, sans toutefois donner des indications précises sur  les domaines où  il faudrait manier la hache.

Pour l’instant, il considère qu’il en a assez fait avec le  pacte de compétitivité et il renvoie la balle aux partenaires sociaux pour prendre à leur tour leurs responsabilités en proposant un certain nombre de réformes en matière de fonctionnement du marché du travail, pour en  diminuer le coût.

Est-ce-à-dire que Renault pourrait constituer un test : en cas de succès, un accord pourrait être ensuite invoqué dans d’autres secteurs à l’image de ce qui se faisait dans le passé.

Mais, en cas d’échec, qui pour l’instant parait le plus probable, quelle sera l’attitude de l’Etat actionnaire, dès lors qu’il serait appelé à la rescousse ? Dans quel sens ferait-il entendre sa voix ?  Certains estiment  que l’ambigüité n’est pas levée et que le double jeu risque d’être toujours présent  dans la dialectique du président.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !