Poulet grillé : cette fois-ci, c'est raté... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
policiers violence manifestations black blocs forces de l'ordre cocktail Molotov
policiers violence manifestations black blocs forces de l'ordre cocktail Molotov
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Violences contre les policiers

Poulet grillé : cette fois-ci, c'est raté...

Mais l'intention y était. Et elle est révoltante.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Comme dirait Coluche, c'est l'histoire d’une photo. Une photo qui a fait beaucoup parler d'elle. On y voit un policier apparemment entouré de flammes. Mais la photographe de l'AFP qui a pris ce cliché explique qu'en réalité, c'est l'angle de son objectif qui donne cette impression.

« On a lancé un projectile enflammé sur le policier. Les flammes sont devant lui et il s'en protège avec son bouclier », explique-t-elle. Soulagement et indignation à l’extrême gauche où l'on dénonce « l’exploitation scandaleuse » de cette image. Ces abrutis ont raison : selon le Code pénal, une tentative d'assassinat, c'est moins grave qu'un assassinat. En vertu de cette logique, on peut balancer des cocktails Molotov sur les flics, et s'ils ne crament pas, il n'y a pas de quoi en faire un plat.

Tous les flics n'ont pas eu la chance de celui de la manifestation contre la loi sur la sécurité globale. Plusieurs d'entre eux ont été brûlés en banlieue, des cocktails Molotov ayant atterri dans leur véhicule. Et le 1er mai 2017, l'image d'un policier dont le corps était rongé par les flammes a fait le tour du monde. On vit alors apparaître sur les murs une inscription vantant les mérites du « poulet grillé ». On connaît les responsables de ces actes : les black blocs qui pillent, vandalisent, et veulent casser du flic. Ceux de la manif de samedi n'étaient qu'une centaine et les manifestants plusieurs milliers.

Le défilé était organisé par les principales organisations syndicales françaises. Elles disposent de services d'ordre supposés efficaces, en particulier celui de la CGT. Pourquoi leurs gros bras ne sont-ils pas passés à l’action pour expulser ou neutraliser les blacks blocs ? En tête de la manifestation, il y avait tous les représentants des syndicats. Le cortège s'est ébranlé aux cris de « tout le monde déteste la police ». Les syndicalistes n'ont pas réagi. Ce qui donne une bien piètre idée du syndicalisme français. Et qui nous donne furieusement envie de crier : « tout le monde déteste les manifestants ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !