Forte hausse du patrimoine des Français : Madame Dugenou à Bercy !<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Forte hausse du patrimoine des Français : Madame Dugenou à Bercy !
©

Zone franche

Si l’État gérait comme un Français moyen, il serait peu endetté, n’emprunterait que pour investir et verrait la valeur de ses actifs s’accroître en pleine crise.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est écrivain et journaliste. Son dernier roman : La vie, au fond, Intervalles, 2022

 

Voir la bio »

On va en encore m’accuser de jouer les marquises ignifugées, avec mes « bonnes nouvelles » en temps de guerre et mes stats déconnectées du pays réel et de son interminable agonie, mais il faut bien que quelqu’un se charge de rappeler que certains trains continuent d’arriver à l’heure

Là, c’est une étude de l’INSEE sur l’évolution du patrimoine des ménages français qui vient clasher avec cette ambiance de fin du monde. Selon l’institut, « nos avoirs » auraient progressé de 9,1% l’an dernier, dépassant même le plus haut d’avant la crise de 2008 !

Ok, l’immobilier est le principal stimulant de cette appréciation (si vous aviez investi dans le CAC plutôt que dans du parpaing, il y a des chances pour que votre patrimoine à vous ait été sérieusement maddoffisé), mais c’est aussi le seul endroit où le Français « standard » ne rechigne pas à investir une fois son livret A saturé (près de 60% des ménages sont propriétaires de leur logement).

Ah, non, j’oubliais : il aime bien aussi l’assurance-vie mais même ce machin-là a progressé de 5,5% en 2010 (après avoir bondi de 10,9% l’année précédente !).

Collectivement, les ménages Français possèdent donc quelque 10 000 milliards d’euros d’actifs, soit 80% du patrimoine national hors actifs de l’État ou encore huit ans de leur revenu disponible et sept fois la dette du pays. Bref, beaucoup de pognon.

Une situation qui contraste d’ailleurs nettement avec l’évolution de la valeur du patrimoine des administrations publiques qui, elle, recule de 2,7%...

De fait, le Français-type se révèle un bien meilleur gestionnaire que les gens qu’il mandate pour s’occuper de l’intendance : peu endetté (son encours de crédit à la consommation est l’un des plus faibles d’Europe), il n’emprunte que pour investir et n’épargne que dans du solide. Ah, il manque certainement d’esprit d’entreprise et de goût du risque ― parce que ce n’est pas avec du pavillon de banlieue en meulière et du livret de l'Écureuil qu’on va s’équiper d’une Silicon Valley gauloise ― mais, au moins, son triple A n’est menacé par personne.

Il y a un épisode des Simpson dans lequel un constructeur automobile confie la conception d’une voiture à Homer, convaincu que ce prototype d’Américain lambda élaborera un best-seller par inadvertance. Las, Homer provoque la faillite de la boîte avec son modèle grotesque bourré de gadgets de tuning bas-de-gamme. Qu'importe : confions nous-mêmes les clés du Trésor à la fameuse Madame Dugenou. Au mieux elle se débrouillera pour tout remettre d'équerre et, au pire, on sera dégradés par Standard & Poor's.

Franchement, qu'est-ce qu'on risque ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !