Municipales 2020 : Emmanuel Macron réussira-il à rééditer à Paris l’opération de 2017 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Municipales 2020 : Emmanuel Macron réussira-il à rééditer à Paris l’opération de 2017 ?
©

Elections

Municipales 2020 : Emmanuel Macron réussira-il à rééditer à Paris l’opération de 2017 ?

De la même manière que la candidature d’Emmanuel Macron à l’Elysée avait été fabriquée par un mélange de promotion médiatique forcenée, de destruction systématique de tous ses concurrents puis de résignation une fois les législatives arrivées, le Système, avec un grand S, celui qui est bien difficile à définir mais facile à reconnaître, telle la girafe, le Système donc a décidé de mettre un ersatz macronien à la place d’Hidalgo à la mairie de Paris en 2020.

Serge  Federbusch

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.

Il est l'auteur du livre L'Enfumeur, (Ixelles Editions, 2013) et de Français, prêts pour votre prochaine révolution ?, (Ixelles Editions, 2014).

Voir la bio »

Circulez électeurs, il n’y a plus rien à prévoir. Hidalgo est carbonisée, ratatinée sous les Vélib’s en panne, les détritus qui jonchent les rues à peine animés par la course des rats, les recours juridiques et une montagne de dettes et d’impôts. Mais il faut que tout change pour que rien ne change et, comme Macron a succédé à Hollande, ledit Système vous prépare à Paris une sorte d’Hidalgo reconditionnée.

Ce seront les mêmes politiques anti-voitures en matière de circulation, de gestion des effectifs pléthoriques, de pression fiscale, de subventions aux associations de copains, de logements clientélistes, d’accueil des clandestins, d’accommodements douteux avec la laïcité.

Prenez la fiscalité : Hidalgo et Macron se touchent déjà les antennes pour faire des Parisiens les premières victimes des nouvelles « réformes » en matière de taxes et d’impôts.

En raison des prix du foncier dans la capitale, l’impôt sur la fortune immobilière, qui s’est substitué à l’ISF, est aujourd’hui largement concentré sur les propriétaires parisiens. C’est également à Paris qu’on compte, en pourcentage comme en valeur des biens, le plus de propriétaires de résidences secondaires qui seront donc directement frappés par le maintien voire la hausse de cette taxe. Parallèlement, Anne Hidalgo va s’en donner à cœur joie pour augmenter la taxe foncière en expliquant que le basculement de la taxe d’habitation vers un autre impôt est de la faute d’Emmanuel Macron.

La mairie de Paris a déjà appliqué le taux maximum de surtaxe de 60 % aux propriétaires de résidences secondaires et elle pratique le niveau le plus élevé possible de droits de mutation, dits de « notaire », qui ne font que renchérir le prix des logements parisiens jusqu’à l’absurde, empêchant les jeunes et les nouveaux entrants de devenir propriétaire dans la capitale.

Heureusement, instruite par le funeste exemple de 2017, une opposition décomplexée de droite et du centre peut parfaitement conjurer ces périls.

Anne Hidalgo et Emmanuel Macron iront à l’affrontement : la première ne peut s’avouer vaincue et le second a besoin d’une victoire symbolique à Paris deux ans avant la prochaine présidentielle. Et Hidalgo n’est pas Hamon : son réseau d’associations et d’hébergés en tout genre lui assure un minimum incompressible de 10 à 15 pour cent des voix.

Macron, même si cela a échappé aux observateurs politiques, avait vu son score refluer à Paris entre le deuxième tour de la présidentielle et celui des législatives. En 2020, il ne sera pas en meilleur état qu’aujourd’hui.

Dans presque tous les arrondissements, des triangulaires, voire des quadrangulaires avec les listes de Mélenchon, ouvriront le jeu électoral.

L’association « Aimer Paris » a décidé de s’engager dès aujourd’hui pour éviter qu’en 2020 Macron ne mette à la place d’Hidalgo à l’Hôtel-de-Ville une créature qui lui ressemble.

Cette élection sera capitale, dans tous les sens du terme.

Aimer Paris tient sa première réunion publique le 7 juin prochain à 19h30 au Café du Pont-Neuf (1er arrondissement).

Tous ceux qui partagent son ambition de renouveau réel à Paris y sont chaleureusement conviés !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !