Marine Le Pen n’a « aucune admiration particulière pour Zelensky » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen donne une conférence de presse dans le cadre de sa campagne électorale sur le thème de l'éducation, le 7 mars 2022.
Marine Le Pen donne une conférence de presse dans le cadre de sa campagne électorale sur le thème de l'éducation, le 7 mars 2022.
©EMMANUEL DUNAND / AFP

Des mots savamment dosés…

Marine Le Pen n’a « aucune admiration particulière pour Zelensky »

Et nous n’en avons aucune pour elle.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Une des campagnes électorales de la patronne du Rassemblement National a été financée par une banque russe. Ça n’a pas pu se faire sans le feu vert de Poutine. Pour celle-ci, elle a obtenu un prêt d’une banque hongroise. Ça n’a pas pu se faire sans l’aval d’Orban, qui est un ami de Poutine.

Voilà qui crée des liens qui, s’ils ne sont pas de subordination, sont de reconnaissance. Marine Le Pen sait ce qu’elle doit et à qui elle le doit. Difficile pour elle d’enlever la tunique poutinolâtre qui lui colle à la peau.

Elle déplore évidemment la guerre en Ukraine. Mais elle s’abstient pudiquement de dire qui est l’agresseur et qui est l’agressé. Elle se rendra toutefois à l’Assemblée Nationale pour écouter en visio-conférence l’allocution de Zelensky. Mais elle ira en trainant les pieds. Car, a-t-elle déclaré, elle n’a pas pour le président ukrainien « d’admiration particulière ».

Cette déclaration est assortie d’une phrase que n’aurait pas reniée Tartuffe : « Zelensky ne fait que ce que n’importe quel chef d’État aurait fait à sa place ». N’importe quel chef d’État ? Zelensky que les Russes cherchent à assassiner est un héros, et son peuple est héroïque.

La seule question qui vaille est de savoir si c’est Zelensky qui rend son peuple héroïque ou si c’est l’héroïsme de son peuple qui le rend héroïque. Les pudeurs de Marine Le Pen ne s’arrêtent pas là. Elle n’a rien contre les réfugiés ukrainiens mais elle tient à souligner que nos « capacités d’accueil sont saturées ». Voilà qui est clair.

On sait que suite à l’invasion de l’Ukraine, la radio de propagande russe Russia Today est interdite de diffusion en France. C’est dommage car elle aurait certainement passé en boucle les propos de Marine Le Pen.

À Lire Aussi

« Macron est le seul dirigeant européen à ne pas s’être couché devant les Etats-Unis »

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Poutine dans les pas de Staline : des purges sont à venirEt ça veut dire quoi quand un président de la République s’exprime « à titre personnel » ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !