Marine : « Merci Eric » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen s'exprime lors d'une conférence de presse sur la présidence française de l'Union européenne, à Paris, le 18 janvier 2022.
Marine Le Pen s'exprime lors d'une conférence de presse sur la présidence française de l'Union européenne, à Paris, le 18 janvier 2022.
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Elle monte, elle monte !

Marine : « Merci Eric »

La patronne du Rassemblement National lui doit beaucoup.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

« Les sondages, c'est comme la queue d’un chien : ça va, ça vient », avait prophétisé Valérie Pécresse. Son diagnostic n’était pas faux. Et il se confirme sondage après sondage.

Les dernières  enquêtes d’opinion montrent en effet une remontée de Marine Le Pen, une érosion de Valérie Pécresse et une chute d’Eric Zemmour. Or il y a entre les sympathisants des trois candidats des vases communicants.

Si Marine Le Pen progresse, elle ne le doit pas à ses éventuels talents politiques. Car, à son corps défendant, c’est Eric Zemmour qui fait campagne pour elle. Les excès, les errements et les égarements de l’auteur de « La France n’a pas dit son dernier mot » sont bénéfiques à la candidate du Rassemblement National.

Ils permettent à Marine Le Pen de devenir fréquentable et acceptable par rapport à son rival d’extrême droite. Elle s’est ainsi débarrassée, toujours grâce à Zemmour, de son statut de bête immonde pour se transformer en une petite bête acceptable.

Par ces abus de langage, Zemmour fait apparaître Marine Le Pen comme une centriste acceptable. C’est pourquoi les électeurs de Valérie Pécresse n’hésitent pas à se reporter sur elle. Il en va de même avec ceux de Zemmour qui voyant leur champion en perdition choisissent le vote utile.

Si Marine Le Pen continue ainsi à être recentrée, il va y avoir des problèmes. Peut-être aura-t-elle le soutien du MoDem de François Bayrou ? Mais ce dernier a déjà trahi tant de monde… Plus grave, elle finira peut-être par ressembler à Emmanuel Macron. Et alors comment fera-t-on pour choisir ? 

À Lire Aussi

Le sondage qui emmerde Macron…

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Valérie Pécresse va-t-elle être obligée d’utiliser un essuie-tout pour nettoyer les banlieues ?La réélection – éventuelle – de Macron va coûter un pognon de dingue…

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !