Mais comment nous sommes-nous enfermés dans l’ère du désespoir qui caractérise l’année 2022 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les drapeaux de l'Ukraine et de l'Union européenne flottent sur la place européenne à Kiev, le 24 juin 2022.
Les drapeaux de l'Ukraine et de l'Union européenne flottent sur la place européenne à Kiev, le 24 juin 2022.
©Sergei SUPINSKY / AFP

Optimisme en berne

Mais comment nous sommes-nous enfermés dans l’ère du désespoir qui caractérise l’année 2022 ?

Dire que la situation mondiale actuelle est la pire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale n'est pas une affirmation excessive, ni originale. Alors que nous sommes au bord d'une guerre nucléaire, il ne faut pas trop de mots pour convaincre les gens qu'il en est ainsi.

Branko Milanovic

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio »

La question est la suivante : comment en sommes-nous arrivés là ? Et y a-t-il une issue ?

Pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, il faut remonter à la fin de la guerre froide. Cette guerre, comme la Première Guerre mondiale, s'est terminée avec des interprétations différentes de la part des deux parties : l'Occident a compris la fin de la guerre froide comme sa victoire totale sur la Russie ; la Russie l'a comprise comme la fin de la compétition idéologique entre le capitalisme et le communisme : Pour la Russie, c'était la fin de la compétition idéologique entre capitalisme et communisme : la Russie avait abandonné le communisme et devait donc être une puissance comme les autres, aux côtés des autres puissances capitalistes. 

L'origine du conflit d'aujourd'hui réside dans ce malentendu. De nombreux livres ont déjà été écrits à ce sujet, et d'autres le seront encore. Mais ce n'est pas tout. Le monde euro-américain a pris un mauvais tournant dans les années 1990 parce que l'(ancien) Ouest et l'(ancien) Est ont tous deux pris un mauvais tournant. L'Ouest a rejeté la social-démocratie, avec son attitude conciliante sur le plan intérieur et sa volonté d'envisager un monde sans blocs militaires adverses sur le plan international, pour le néolibéralisme à l'intérieur et l'expansion militante à l'extérieur. L'Est (ancien) a adopté la privatisation et la déréglementation en matière d'économie, ainsi qu'un nationalisme exclusiviste dans les idéologies nationales qui sous-tendent les États nouvellement indépendants. 

Ces idéologies extrêmes, à l'Est comme à l'Ouest, étaient à l'opposé de ce que les personnes de bonne volonté espéraient. Le monde qu'ils souhaitaient, après la fin des guerres coloniales et quasi-coloniales occidentales et des invasions soviétiques, était celui de la convergence des deux systèmes, avec une social-démocratie modérée dans les deux, la dissolution des alliances belliqueuses et la fin du militarisme. Ils n'ont rien obtenu de tel : un système a avalé l'autre ; la social-démocratie est morte ou a été corrompue ou cooptée par les riches, et le militarisme par le biais d'invasions étrangères aventureuses et de l'expansion de l'OTAN est devenu la nouvelle norme. Dans l'ancien tiers-monde, la victoire de l'Occident a conduit à la réinterprétation de la lutte contre le colonialisme. Elle était désormais dépourvue de tous ses éléments progressistes au niveau national. Cela a facilité la corruption massive dans les pays nouvellement libérés.

À Lire Aussi

Et si les véritables objectifs de Poutine étaient différents ?

 Les "triviaux", les intellectuels qui ont mal compris, soit par manque de perspicacité, soit par pur intérêt, la nature des changements en Europe de l'Est, ont proclamé que les révolutions de 1989 étaient les révolutions du libéralisme, du multiculturalisme et de la démocratie. Ils n'ont pas remarqué que si elles étaient les révolutions du multiculturalisme et de la tolérance, il n'était guère nécessaire de briser les États multinationaux. Non, qu'un tel éclatement était contraire à l'idée de multiculturalisme. Le nationalisme était ainsi confondu avec la démocratie. 

Les triviaux ont réussi à renverser le caractère progressiste de l'après-guerre. Au lieu que le développement et le progrès signifient une combinaison des meilleurs éléments de l'économie de marché (capitaliste) et du socialisme, l'élimination de la politique de puissance dans les affaires mondiales et l'adhésion aux règles des Nations Unies, le progressisme, dans leur nouvelle lecture de l'histoire, signifie une économie de marché débridée à l'intérieur, un "ordre international libéral" de puissance inégale à l'étranger et une pensée unique en idéologie. 

Au lieu d'un capitalisme social-démocrate pacifique, être progressiste a commencé à signifier néo-libéralisme avec la permission de faire la guerre à quiconque n'était pas d'accord avec lui. Au lieu d'un mélange doux et inoffensif de socialisme et de capitalisme au niveau national et d'un pouvoir égal pour tous les États au niveau international, on nous a servi le pouvoir des riches au niveau national et le pouvoir des grands pays au niveau international. C'était un étrange retour à l'hégémonie quasi-coloniale, qui s'est déroulé - de manière incongrue, au début - au moment de la "victoire libérale". 

À Lire Aussi

Impact de la mondialisation sur les Occidentaux : la célèbre courbe de l’éléphant, c’est terminé

Le reste, vu d'aujourd'hui, semble presque prédestiné. Le nationalisme virulent de l'Europe de l'Est qui a alimenté les révolutions de 1989 a finalement englouti le pays le plus puissant de cette partie du monde : la Russie. Le nationalisme xénophobe est le même partout : en Estonie, en Serbie, en Ukraine, en Russie ou en Azerbaïdjan. Mais plus le pays est grand, plus il est déstabilisant et impérialiste. Ce qui a commencé comme les révolutions nationalistes en Europe de l'Est se termine maintenant comme la révolution du nationalisme déchaîné en Russie : le même mouvement idéologique mais avec pour objectif la reconquête des territoires "perdus" plutôt que leur "libération". 

La domination des riches au niveau local et des puissants au niveau international semble aujourd'hui tellement ancrée idéologiquement qu'aucun espoir d'amélioration, aucun espoir d'égalité nationale ou économique ne semble se profiler à l'horizon. La responsabilité de cet état de fait désastreux incombe en grande partie aux "triviaux", l'élite intellectuelle qui a défini, promu et défendu cette idéologie pernicieuse de l'inégalité. Le désespoir enveloppe non seulement le présent, où nous nous trouvons au bord du précipice de l'extinction d'une partie de l'humanité, mais aussi l'avenir. La pensée progressiste a été viciée, remodelée et extirpée. Les ténèbres médiévales, sous le nom de "liberté", sont en train de descendre.

Cet article a été publié initialement sur le site de Branko Milanovic : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !