Luzenac : le passé bien trouble du président du club qui voulait faire suspendre la Ligue 2 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Luzenac : le passé bien trouble du président du club qui voulait faire suspendre la Ligue 2
©

Un gros détail

Luzenac : le passé bien trouble du président du club qui voulait faire suspendre la Ligue 2

Le tribunal administratif de Toulouse doit se prononcer vendredi 22 août sur la demande formulée par le club de Luzenac de suspension de la Ligue 2 de football. Une demande intervenue après que la Ligue de de football professionnel a refusé le passage du club ariégeois en Ligue 2. Mais qui est vraiment Jérôme Ducros, le président de Luzenac, qui crie aujourd'hui aux "manigances" ?

Jérôme Ducros, l'actuel président de Luzenac, club empêché d'accéder en Ligue 2 d'abord pour des raisons financières puis a cause d'infrastructures insuffisantes, a déjà connu de gros problèmes, et d'une nature différente, avec un club précédent.

Mêlé à une affaire de «fausses licences avec falsifications de certifications médicales»[1] ayant touché le Toulouse Football Croix Daurade (TFCD), club qu'il dirigeait également jusqu’à la fin de la saison 2012-2013, il a en effet été condamné en première instance à cinq ans de suspension de toutes fonctions officielles dans le football.

De quoi s’agissait-il ? 52 licences litigieuses ont été obtenues grâce à un détournement de tampon médical. 2 équipes du club (une équipe sénior et une équipe de moins de 19 ans) étaient impliquées. C’est à la suite de cette infraction et par décision de la commission de discipline du football départemental, que Jérôme Ducros et son épouse Florence Ducros ont été condamnés à 5 ans de suspension de toutes fonctions officielles (terrain, banc de touche, vestiaires d’arbitres) à compter du 30 juillet 2013.

Lors de l’examen de l’appel formulé par M. Ducros auprès de la Ligue Midi-Pyrénées, il a été prouvé :

  • qu’une autre équipe, l’équipe Sénior 1 évoluant en championnat de Ligue (DHR) avait également utilisé de faux documents (en conséquence,cette équipe fut, comme les deux autres, suspendue de toute compétition) ;
  • que la fraude existait depuis plusieurs saisons, toujours sous la même présidence.

A l’issue de cet appel, la condamnation de M. Ducros a été ramenée à 6 mois ferme et 30 mois avec sursis. 

Cette décision de la Ligue Midi-Pyrénées a pu étonner car, dans des affaires similaires (Toulouse Rodéo FC et Toulouse Izards), les présidents impliqués ont été condamnés à 10 ans de suspension. Certains ont lié cette mansuétude des juges de la Ligue Midi-Pyrénées au fait que jusqu’à la saison 2013, le club de Luzenac utilisait quotidiennement des installations louées à ladite Ligue Midi-Pyrénées pour un loyer important.

Un passé judiciaire qui contraste avec les soutiens nombreux dont se prévaut aujourd'hui Jérôme Ducros.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !