Les Brexiters qui misaient sur la faiblesse de Bruxelles réussissent l’exploit de remobiliser l’UE contre eux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les Brexiters qui misaient sur la faiblesse de Bruxelles réussissent l’exploit de remobiliser l’UE contre eux
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Atlantico business

Les Brexiters qui misaient sur la faiblesse de Bruxelles réussissent l’exploit de remobiliser l’UE contre eux

Toujours pas d’accord en perspective, mais alors que les Britanniques restent freinés par des tensions internes, l’Union européenne s’en sort en montrant une unité presque inattendue.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

La semaine a été désastreuse pour Theresa May et pour tous les partisans du Brexit. Non seulement ils ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur les conditions du divorce, mais ils ont réussi ce tour de force de démontrer à l’opinion internationale que l’Union européenne était en train de reconstruire son unité sur le dos des Anglais en évitant la catastrophe. Quelque soit l’issue de cette affaire, les négociateurs européens, alliés au monde des entreprises, vont réussir à éviter les dégâts irréparables. 

1er point. Le blocage, devenu très anglo-anglais dans la dernière ligne droite, prouve à quel point les partisans du Brexit n’avaient rien prévu, ni rien préparé. Alors que tout le monde était à peu près d’accord pour signer un accord de divorce à l’amiable qui évite les trop grandes difficultés, Theresa May se retrouve face à la question de la frontière entre l’Irlande du Nord (qui appartient au royaume britannique) et l'Irlande du Sud (qui est une république indépendante et qui va donc rester dans l’Union européenne). 

Comment les Brexiters n‘ont ils pas imaginé qu’il y avait là des risques de drames humains ? Comment les partisans du Brexit peuvent-ils exiger de Theresa May la reconstruction d’une frontière entre les deux Irlande, à peine 20 ans après la fin de la guerre civile qui a déchiré l’île ? Comment imaginer en 2014 qu’on puisse réveiller autant de souvenirs douloureux qui hantent encore les familles ? Il y a eu des morts, beaucoup de morts, et on voudrait réédifier un mur. De toute façon, même les Irlandais eux-mêmes n’en veulent pas.  

Theresa May ne peut pas accepter cet aspect le plus funeste du Brexit. Moyennant quoi, elle n‘aura pas de majorité pour signer des conditions de divorce acceptables.

L’entêtement d’une poignée de députés récalcitrants prouve une fois de plus la médiocrité de la classe politique britannique, où tous ceux qui ont défendu et gagné le referendum ont disparu les uns après les autres de la scène, parce qu’ils étaient incapables d’assumer les conséquences de leurs convictions. Les Boris Johnson ou Jeremy Corbyn sont prêts à la politique du pire pour accéder au pouvoir, sans savoir ce qu’ils en feront. Pour eux c’est très simple, désormais c’est « Fuck Bruxelles, fuck business et fuck Theresa May ». 

C’est tellement grossier et caricatural que les « Remainers » espèrent un nouveau referendum qui serait tout aussi irréaliste que le premier.  

2e point : Face à cette Grande Bretagne paralysée, l’Union européenne s’affirme jour après jour plus solidaire et plus cohérente. Alors que les membres de l’Union avaient été incapables de prévoir et de régler calmement les problèmes de la Grèce, incapables de répondre à la question des migrations, incapables de promouvoir une harmonisation sociale et fiscale intelligente... Il faut reconnaître que, face à l’orage du Brexit, les partenaires européens ont toujours afficher une position unanime. Fondée sur trois principes. 

D’abord, faire en sorte que la Grande Bretagne puisse sortir de l’Union européenne puisqu’elle l’avait décidée, mais qu’elle en sorte sans insulter l'avenir, c’est à dire qu’elle paie ses arriérés de charges. 

Ensuite, faire en sorte qu’elle ne puisse pas sortir de l‘Union européenne en évitant ses contraintes, tout en restant assez impliquée pour préserver des avantages du marché unique. En bref, pas question de sortir tout en gardant un pied à l’intérieur. C’était le projet à peine caché des « Brexiters ».

Enfin, régler pour le mieux la question des résidents européens en Grande Bretagne et des résidents britanniques en Europe et éviter les drames inéluctables si on ne prenait pas certaines précautions. 

Les pays membres de l’Union européenne ont su reconstruire une unité forte sur ces trois points qui ont mis les partisans du Brexit face à la réalité et à leurs responsabilités. 

Michel Barnier a été un formidable négociateur et porte parole des européens. C’est lui qui a en permanence rappeler les Anglais à leurs responsabilités. Michel Barnier n’a jamais été désavoué ou empêché par les chefs d’Etat et de gouvernement. Il n’a simplement pas été beaucoup aidé, dans la mesure où les chefs d’Etat et de gouvernement étaient très surveillés eux-mêmes par des opinions publiques traversées par des courants identitaires et europhobes assez forts. 

Cela dit, Michel Barnier a été aussi fortement aidé et soutenu par les milieux d’affaires et sociaux. Les grandes entreprises, les grandes banques, les fédérations professionnelles et même les grands syndicats européens ont mené un lobbying très efficace et très puissant pour des solutions négociées d’un Brexit qui maintienne des flux d’échanges commerciaux les plus fluides possibles. La pression a été exercée de part et d’autre du Channel, par les entreprises européennes (allemandes, françaises, italiennes etc) avec deux objectifs :

Un, éviter le protectionnisme qui serait fatal pour l’activité, la croissance et l’emploi. La Grande Bretagne a besoin des marchés européens et réciproquement. Accepter le protectionnisme faisait le jeu des américains.

Deux, éviter que la Grande Bretagne, pour survivre, ne se transforme en un vaste paradis fiscal sur le modèle de Singapour. C’était une autre idée cachée de beaucoup de Brexiters. Elle semble aujourd’hui écartée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !