LE PRESTIDIGITATEUR DES FINANCES ET LA PRIME « PATRON » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
LE PRESTIDIGITATEUR DES FINANCES ET LA PRIME « PATRON »
©Reuters

Inégalités dans la distribution de la prime "Macron" !

LE PRESTIDIGITATEUR DES FINANCES ET LA PRIME « PATRON »

La prime "Macron", mise en place fin 2018, est à nouveau reconduite cette année. Une bonne nouvelle... à priori ! Un bon nombre de salariés dans le besoin ne pourront plus en bénéficier en 2019. Une annonce qui rend furieux les employés mais aussi les patrons des firmes.

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon

Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)

Voir la bio »

Bercy est vraie une calamité française !

C’est le  mouvement ETHIC (Entreprises de Taille Humaines Indépendantes et de Croissance) qui est à l’initiative de la prime dite « Macron » (prime patron en fait !) destinée à l’origine à donner un coup de pouce au pouvoir d’achat en pleine crise des gilets jaunes - en particulier pour les PME - Ce qui fut suggéré fut fait et disons le : malgré Bercy , qui expliquait savamment que c était une « dépense fiscale « ( en résumé tout de que Bercy ne prélève pas sur vos revenus est une dépense ! Beau concept imparable ). Il fallut que le premier ministre l’annonce lui-même.

La prime vit le jour, exceptionnellement défiscalisée et sans charges,  au plus grand bénéfice de ceux qui en avaient le plus besoin. Devant un tel succès le gouvernement s'est dit quelques mois plus tard que c’était effectivement une façon de distribuer plus de pouvoir d’achat sans grever les finances des des entreprises ... On décida donc de la prolonger mais en compliquant l’accès ...  à l’avantage de Bercy car la prolongation de la prime "dite  Macron » n’est autre qu’une façon habile de ne pas baisser le coût du travail : c’est pour cela qu’elle est reconduite... pour faire comme si ! Le nouveau caractère conditionnel de cette prime est d’une complexité dommageable et coutumière! Les conditions d’attribution de la prime sont liées à la mise en place d’un plan d’intéressement. Une bonne idée en soi que d’encourager l’intéressement, mais pourquoi le lier à cette prime maintenant dénaturée ?

Le pire est que cette obligation aboutit clairement à exclure de fait les petites entreprises et les TPE de cet avantage substantiel, vraiment fait pour elles et leurs salariés.  Pas de prime donc pour les salariés qui en ont le plus besoin puisque les PME ne disposent pas en interne de la structure nécessaire pour faire face à une contrainte administrative supplémentaire. Casse-tête pour une petite entreprise que d’instaurer un plan usine à gaz d’intéressement, et surtout financièrement le peut-elle ?! Le boucher doit-il intéresser son apprenti aux nombre de côtelettes vendues ? L’institut de beauté aux nombre de massages ? Le plombier au nombre de fuites ? C’est encore la preuve de l’ignorance de l’administration, de la réalité de la diversité et de la nature du fonctionnement d’une TPE ou d’une PME.

Rappelons que 4,8 millions de salariés ont bénéficié de ce coup de pouce en 2019 et que cela concerné 70% des entreprises de moins de 50 salariés. 

Enfin, cette impossibilité de verser la prime sans plan d’intéressement qui exclut les PME est d’autant plus navrante en ce moment, que, nombre de chefs d’entreprise souhaiteraient récompenser leurs salariés de l’énergie et du courage qu’ils mettent à se rendre sur leur lieu de travail malgré la galère que représente la grève des transports.

On finit par  se demander si le Ministère des Finances ne veut pas ainsi limiter en 2020 l’attribution de ces primes pour pallier à son manque à gagner dû à l’exonération des charges ? Les petits  chefs d’entreprises sont furieux ... mais ils n’ont aucun moyen de se faire entendre, alors certains bravaches affirment « je la verserai quand même en 2919 pour 2020 «  on verra bien! »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !