Le mari de la numéro 2 de Facebook tué par une chute sur un tapis de course : une mort plus courante qu’il n’y paraît | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
La course en extérieur est plus naturelle et moins dangereuse que sur un tapis de course.
La course en extérieur est plus naturelle et moins dangereuse que sur un tapis de course.
©Flickr/mikebaird

Smartphoner tue

Le mari de la numéro 2 de Facebook tué par une chute sur un tapis de course : une mort plus courante qu’il n’y paraît

En début de semaine un accident tragique a eu lieu. Alors qu'il courait sur un tapis en salle de sport, un homme est décédé. Si ce type d'accident est rare, cela ne veut pas que les tapis de course sont sans danger.

Arnaud Laizé

Arnaud Laizé

Arnaud Laizé est le fondateur de la méthode de coaching sportif à domicile Parangon. Il est diplômé d'Etat et collabore depuis 10 ans avec des kinésithérapeutes, mézieristes, ostéopathes, et  nutritionnistes.

Voir la bio »

Atlantico : Le mari de l'actuelle Directrice des opérations de Facebook serait mort suite à sa chute d'un tapis de course, alors qu'il faisait de l'exercice tout en utilisant son smartphone. Ce type d'accident -aussi grave ou moindre- est-il courant ?

Arnaud Laizé : Ce type d’accident sur tapis de course est très peu courant. II est est même surprenant. On ne connaît pas encore précisément les causes de la mort, mais il est possible qu’elle soit due à une chute avec traumatisme crânien. Par exemple, l’homme a pu tomber hors du tapis de course et sa tête aurait pu heurter un autre appareil.

Par contre il est sûr que l’on peut faire une mauvaise chute en courant sur un tapis de course. En effet, la vitesse peut entraîner un déséquilibre, ou l'inattention provoquée par l’utilisation d’un smartphone, par exemple, peut causer un accident grave. Cependant, un accident de cette envergure était du jamais vu. Les chutes entraînent rarement des conséquences si graves.

De plus, il faut faire attention quand on choisit ce type d’activité physique. Si il s’agit d’une personne qui débute ou reprend juste le sport, il préférable qu’elle commence par une autre activité avant de tenter la course sur tapis de course. On conseille, de s’orienter premièrement vers la marche sur tapis, une petite foulée ou même du vélo en salle. Ensuite, lorsqu’on a un certain entraînement on passe au tapis de course.

 

Comment ce type de situation est-elle possible?

Quand on fait un footing en extérieure, il est toujours recommandé d’être concentré sur sa foulée. Il faut toujours être concentrer sur sa course.

En salle c’est le même principe, on ne peut pas faire deux chose en même temps, la déconcentration est ainsi quasi immédiate. Ceci entraîne donc des accidents. Le visuel pose donc un problème, la vue est primordiale. Il faut toujours avoir un port de buste droit, les yeux qui portent vers l’horizon et être concentré sur l’action que l’on est en train de faire.

Même le fait d’écouter de la musique peut être risqué, en écoutant de la musique on ne ressent plus sa sensation de fatigue. C’est nettement moins dangereux, ce n’est pas incompatible, mais il faut être est vigilant.

Le principe est simple : le sport peut être un loisir, mais il ne faut pas mettre des gadgets partout non plus. Les individus ne doivent pas oublier qu’ils font du sport et pourquoi ils ont choisi de faire du sport.

Les compagnie devraient se concentrer sur les performances des appareils qu’elles fabriquent plutôt que sur les gadgets que l’on peut ajouter à l’appareil.

Outre regarder son smartphone y-a-t-il des choses à ne pas faire en courant sur tapis ?

Il ne faut pas regarder les gens qui passent par exemple. Ce sont des conseils de bon sens. C’est aussi le rôle des salles de sport de bien conseiller les gens sur ce qu’il convient de faire ou de na pas faire lorsque l’on fait de l’exercice. Dans le même sens, les individus reprenant une activité physique devraient systématiquement être guidés (par exemple quelqu’un en surcharge pondéral doit être encadré par un coach).

La course sur tapis doit être, au début, encadré par un coach. Surtout parce que course en extérieur et course en salle sont radicalement différentes. On est sur mouvement naturel mais le pré-requis n’est pas naturel. C’est plus incertain, dangereux et plus traumatisant que sur une surface extérieure.

Le tapis, en lui-même, peut-il représenter un danger?

Non je ne pense. Je pense que c’est un bon média, un travail utile au niveau cardio-vasculaire. C’est une bonne activité physique.

La mauvaise utilisation est un problème personnel. Un problème d’inconscience (il ne faut pas vouloir pousser ses limites, ne pas savoir écouter son corps) surtout lorsque l’on reprend le sport. Il faut utiliser ces appareils avec justesse et pour ce qu’ils représentent. C’est-à-dire le renforcement des capacités cardio-vasculaires, l’augmentation des fonctions physiologiques de base, l’augmentation de sa capacité d’effort, la possibilité d’affiner sa taille, sa silhouette...

L’autre problème peut être au niveau de l’encadrement. Il est parfois insuffisant, non pas que les coachs soient incompétents mais ce sont les politiques des clubs qui devraient être plus strictes au regard de l’encadrement des coureurs. Il faut un encadrement personnalisé, être près des adhérents.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !