Le directeur de FR3 Centre Val-de-Loire a censuré Jeanne d’Arc : la voix n’était pas bonne… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Une photographie prise le 23 janvier 2020 montre la statue de Jeanne d'Arc dans la cour de l'hôtel Groslot, à Orléans.
Une photographie prise le 23 janvier 2020 montre la statue de Jeanne d'Arc dans la cour de l'hôtel Groslot, à Orléans.
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Au bûcher ! 

Le directeur de FR3 Centre Val-de-Loire a censuré Jeanne d’Arc : la voix n’était pas bonne…

La Pucelle entendait des voix. Lui, il y en a une qu’il ne veut pas entendre. 

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

FR3 avait commandité un documentaire sur Jeanne d’Arc. Il devait être diffusé le 8 mai. Il ne l’a pas été. Car le directeur de la station a fait une affreuse découverte. 

Il a visionné les images et les a trouvé acceptables. Il a du quand même se forcer un peu car qui dit Jeanne d’Arc dit - n’est-ce pas ? - Marine Le Pen… Puis il entreprit de lire le générique.

Et là le sang bien-pensant qui coule dans ses veines n’a fait qu’un tour. La voix off qui commentait les images dégageait à son oreille des sonorités qui étaient celles de la fachosphère : « les bras m’en sont tombés », a-t-il déclaré avant de déprogrammer le film. 

Pourtant, la personne choisie pour la voix off avait toutes les qualités requises. Elle passe fréquemment à la télévision ce qui lui donne un incontestable brevet de professionnalisme. 

De surcroît elle est native d’Orléans et a même incarné la Pucelle lors de fêtes johanniques. Mais, car il y a un gros mais, cette personne collabore à un journal dont les idées ne sont pas celles du directeur local de FR3. Le journal c’est Valeurs Actuelles. Et il s’agit de Charlotte D’Ornellas. 

Maudite Charlotte sorcière, hérétique et relaps. Le patron de FR3 a amoncelé des fagots pour qu’elle brûle. Son nom : Jean-Jacques Basier. Celui de l’évêque Cauchon lui irait à ravir. Rappelons que FR3 est une chaîne du service public payée avec notre redevance.   

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !