Le chou-fleur, ce légume coupable de "colonialisme" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le chou-fleur, ce légume coupable de "colonialisme"
©Sajjad HUSSAIN / AFP

Savez-vous planter les choux à la mode de chez eux ?

Le chou-fleur, ce légume coupable de "colonialisme"

Ah, vous ne saviez pas ? Regardez bien sa couleur.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le chou-fleur dégage une tristesse morne et infinie. A la cuisson, son odeur est insupportable. Il est fade. Tellement fade qu'il faut le gratiner avec du fromage ou de la crème pour qu'il soit accepté dans une assiette.

Mais ce n'est pas pour ça qu'Alexandra Ocasio-Cortez lui en veut. Elle proteste contre un scandale sur lequel elle est seule à avoir mis le doigt. Des chou-fleurs, s'indigne-t-elle, poussent dans les jardins communautaires, c'est-à-dire les jardins partagés. Or ce légume est, dit-elle, "colonialiste" !

On la comprend, et on l'approuve. La jeune élue démocrate est certainement hostile à l'apartheid mais résolument favorable au développement séparé des légumes. En effet, comment ne pas compatir à la tristesse du radis noir – à peine sorti de l'esclavage – forcé de devoir voisiner avec un légume qui a tout d'un suprémaciste blanc ? Et comment être sûr que le chou-fleur, féroce et brutal, n'utilisera pas de sa force pour asservir les autres légumes colorés ?

Alexandra Ocasio-Cortez est plus célèbre en France qu'aux Etats-Unis. Car elle a une qualité inestimable aux yeux d'une certaine presse : elle est radicalement anti-Trump. Ce qui lui a valu de faire la Une du Monde magazine et a suscité des cris d'extase dans l'édition française de Vanity Fair et des transports amoureux dans Libération.

Car, s'enflamment ces journaux, la député démocrate va peut-être déboulonner Trump aux prochaines élections présidentielles. En plus, elle dispose à leurs yeux d'un atout considérable : elle est légèrement basanée. Pas l'affreuse couleur d'un chou-fleur… 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !