La Russie s’affirme prête à accepter de remplacer le dollar par l’euro pour son commerce extérieur et voilà pourquoi c’est un cadeau empoisonné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Russie s’affirme prête à accepter de remplacer le dollar par l’euro pour son commerce extérieur et voilà pourquoi c’est un cadeau empoisonné
©Vasily MAXIMOV / AFP

Business

La Russie s’affirme prête à accepter de remplacer le dollar par l’euro pour son commerce extérieur et voilà pourquoi c’est un cadeau empoisonné

Le conflit avec Donald Trump va prendre une dimension monétaire. La Russie a confirmé son projet d’utiliser la monnaie européenne pour toutes les transactions commerciales avec les entreprises européennes, dont le pétrole et le gaz.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

La Russie serait donc prête à laisser tomber le dollar pour adopter l’euro. Pour l‘Union européenne, ça pourrait être une belle victoire puisqu’elle cherche à imposer l’euro comme monnaie de paiement à l’échelle mondiale, mais ça ne marchera pas sans conditions ni risques. Les Américains ne se laisseront pas faire.

La guerre commerciale et politique que se livre l‘Amérique et le reste du monde est donc sur le point de prendre une dimension monétaire.

Alors que les Chinois n’ont jamais caché qu’ils pouvaient utiliser leurs formidables réserves en dollars pour asphyxier l’économie américaine en arrêtant d’acheter de la dette en dollars, voilà que les Russes de leur côté proposent aux Européens de faire de l’euro, la monnaie de paiement de toutes les transactions commerciales entre la Russie et l’Union européenne.

Alors que l’Europe est le principal client de la Russie. Quand arrive l’hiver, l‘Europe est même complètement dépendante du gaz russe. Au lieu de continuer de payer ce gaz en dollar, Vladimir Poutine confirme son projet d’accepter les chèques en euros.

Ce n’est pas la première fois que Moscou ouvre le dossier des moyens de paiement. Lors du dernier forum économique de Saint Pétersbourg, en juin dernier, auquel assistaient la plupart des chefs dEtat et de gouvernement de lUnion européenne, le ministre des Finances russe, Anton Silouanov, avait déjà suggéré que la Russie abandonne le dollar comme devise pour ses paiements internationaux et lui substitue leuro. Pendant ce même forum, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron avait partagé publiquement la même idée. Idée communiquée également à Angela Merkel.

A priori, le dossier n’avait guère avancé, sauf que les tensions entre les Etats-Unis et le reste du monde sur le chapitre économique se sont tellement accrues que beaucoup de pays ont commencé à réfléchir à des mesures de rétorsion aux décisions de protectionnisme prises par Donald Trump.

Si la Chine est évidemment la première concernée et subit déjà un ralentissement de son activité commerciale, l’Europe n‘en est pas moins embarrassée parce qu’elle se retrouve sous la menace américaine de sanctions, au cas où les entreprises européennes iraient à l’encontre des restrictions imposées de façon extraterritoriale par Washington. 

L’initiative russe n’arrive pas par hasard.

1er point, il est évident quen proposant de substituer leuro au dollar dans le paiement des transactions commerciales dont la vente de gaz, Vladimir Poutine fait dune pierre deux coups.

D’abord, premier bon coup, il hypothèque l’impérialisme du dollar comme monnaie mondiale, sa crédibilité, son infaillibilité ce que Donald Trump peut difficilement accepter calmement.

Ensuite, deuxième coup, il donne à l’euro un début de statut de « monnaie internationale », ce qu‘elle n’a jamais eu. D’autant que parallèlement, la banque centrale de Russie s’est mise depuis quelques mois à acheter massivement de l’euro en vendant du dollar.

Pour les Européens, c’est évidemment sur le plan technique une bonne nouvelle que cette possibilité de sortir les achats de gaz et sans doute de pétrole de la sphère dollar.

C’est une bonne nouvelle parce que ça améliore la crédibilité de la monnaie européenne. Sur le plan politique, il est évident aussi que ça va renforcer les pro-européens et les pro-euro à un moment où l’Union européenne est attaquée par les mouvements populistes. Beaucoup de ces mouvements utilisent d’ailleursl'euro comme bouc émissaire des difficultés que leurs pays traversent et en demandent la sortie, comme les Anglais ont demandé le Brexit.

On peut alors considérer que le projet russe vient en soutien des Européens convaincus. 

2e point, ce soutien peut aussi apparaitre comme très embarrassant. Parce que si les Russes proposent dadopter leuro, ils demandent aux partenaires de l’Union européenne en contrepartie de lever les sanctions qui pèsent sur la Russie. « C’est assez logique »reconnaît-on à Bruxelles. Economiquement, les entreprises européennes,  françaises comme allemandes, demandent depuis des années la levée de ces sanctions pour pouvoir relancer les flux d’échanges commerciaux avec la Russie sans avoir à négocier des garanties toujours complexes.

Cela étant, lever les sanctions reviendrait à se mettre en position de risque daffronter l’administration américaine qui les impose. Risque d’amendes financières très lourdes, risque de fermeture du marché américain. Or, pour l’instant, l’Europe a besoin daccéder au marché US.

Le problème est assez compliqué pour les Européens qui n’ont pas défini une attitude commune et solidaire face aux initiatives de Donald Trump. Par manque de courage ou par intérêt financier, les principaux pays de l’Union européenne cherchent encore à ménager l’Amérique. 

La proposition russe est peut être un cadeau fait à l'Union européenne parce qu’elle renforce l'euro, mais politiquement le cadeau est sinon empoisonné, assez empoisonnant. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !