La reine d’Angleterre acclamée comme Kim Jong-un : la vidéo qui nous chatouille le sens de la propagande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
La Corée du Nord et la Grande-Bretagne ont un point commun : le symbole national est représenté par une personne physique.
La Corée du Nord et la Grande-Bretagne ont un point commun : le symbole national est représenté par une personne physique.
©Morgan Bourven

A chacun ses vaches sacrées

La reine d’Angleterre acclamée comme Kim Jong-un : la vidéo qui nous chatouille le sens de la propagande

Un reporter s'est amusé à coller des commentaires d'un défilé militaire de Corée du Nord sur des images d'un défilé de la garde anglaise en l'honneur de la Reine : et tout concorde ! Les images de propagande en Corée du Nord ne sont pas si éloignées de notre propagande, encore faut-il en avoir conscience.

Etienne  Augé

Etienne Augé

Étienne Augé est spécialisé en propagande et diplomatie publique. Il a enseigné la communication et le cinéma de masse pendant dix ans au Liban et en Europe centrale. Il est aujourd'hui "Senior lecturer" en communication internationale à l'Université Erasmus de Rotterdam, et vient de publier son premier roman, Loubnan.

Voir la bio »

Atlantico : Quels enseignements peut-on tirer de cette vidéo (lien ici)? 


Etienne Augé : Concernant le défilé en lui-même, cette vidéo nous prouve qu'un défilé militaire, reste un défilé miliaire quel que soit le pays qui l'organise. Un défilé militaire est fait pour montrer sa force, sa fierté nationale et son faste. La Corée du Nord et la Grande-Bretagne ont un point commun : le symbole national est représenté par une personne physique. C'est le cas également au Japon, au Pays-Bas ou en Suède. La question de l'adoration est logique car c'est une personne qui incarne l'idéal national. Dans le cas de la Corée du Nord, la propagande est flagrante et il ne s'en cache même pas. Dans le cas de la Grande-Bretagne c'est certainement la meilleure propagande du XXeme siècle.

En France par contre, la République est une idée, un idéal. Par ailleurs, il y a une propagande républicaine très forte et que l'on a du mal à critiquer. Remettre en question tous les symboles qui sont liés à la représentation républicaine c'est s'exposer à un débat souvent houleux, voire violent. 

La propagande n'est pas forcément quelque chose de négatif. Elle permet d'assurer une certaine cohérence dans nos sociétés en contrôlant les croyances. On en a besoin pour pérenniser la cohérence de la société que ça soit chez les Britannique autour de la Reine, en France autour de la République ou encore en Corée du Nord autour de leur leader. 

La vraie différence c'est la liberté de critiquer. En Angleterre, les journaux sont assez libres et critiques, plus qu'en France. Lors de la célébration du règne le plus long d'Angleterre, des articles parus étaient à la limite du crime de lèse-majesté. Une telle critique parait impossible en Corée du Nord.  Lorsque la France fait un défilé militaire, elle essaie de dire la même chose que la Corée du Nord finalement. Elle montre au monde son armement, sa capacité de destruction. Après on peut se poser la question dans quelle mesure un état civilisé qui défend la liberté, la fraternité et l'égalité peut faire une telle exhibition grossière et d'un autre temps de ses capacités militaires. 

S'il est aisé de voir les effets de propagandes quand il s'agit de régimes dictatoriaux ou éloignés de nos conceptions, sommes-nous pour autant capables d'avoir un regard objectif sur nos propres constructions officielles et nos propres mises en scène ? 

Dans tous les pays on critique les images des autres avec des degrés différents. On voit bien cette "guerre" de critiques : les Anglais se moquent de notre cérémonial républicain et les Français de la famille royale. Après, il faut être capable de se critiquer soi-même, et c'est là que c'est plus compliqué.  Ce qui est navrant en France, c'est que malgré les critiques des ordres de la République ou du système énarque, rien ne change et on reste avec nos démonstrations de force et nos mises en scènes militaires. On pointe du doigt les dépenses excessives des énarques ou de l'Elysée, mais d'un autre côté les Français sont fiers de tout ce cérémonial et n'envisageraient pas que leur Président voyage en avion de ligne classique. L'Angleterre, les Pays-Bas et tous ceux qui ont une monarchie pensent que la France est une monarchie qui refuse de s'admettre comme telle. 

Les Anglais sont très critiques de leur monarchie, et de leurs cérémonials, plus que nous. Les Français ont du mal à se détacher de la propagande républicaine, peut-être parce que notre République est quelque chose d'imaginaire et que chacun peut projeter ce qu'il veut dedans. C'est très difficile pour nous de prendre conscience de cette propagande républicaine car on a tendance à penser que c'est naturel d'être Républicain. Il est impossible pour un Français aujourd'hui de célébrer un roi. En France on a beaucoup de mal à sortir de cette propagande car on a beaucoup de mal à évoluer dans nos symboles. C'est d'ailleurs le seul lien qui unit tous les partis en France, y compris le FN, c'est le socle républicain.

Dans la réédition de mon livre, je pose la question suivante : est-ce que Poutine fait une propagande qui est plus poussée que la nôtre ou est-ce qu'on considère qu'il est le diable dont on aime parler et montrer du doigt ? Est-on si différent de lui ? Pas si sûr. Par exemple, Barack Obama utilise très fortement la propagande chrétienne. Au final, la grande différence ce n'est pas tant la propagande, ou les constructions officielles, c'est la critique qu'il est possible d'émettre contre ces mises en scène. Il suffit de prendre le classement de reporters sans frontière pour juger de la puissance de nuisance des médias de tels ou tels pays. Sans liberté des médias, la propagande n'a plus de limite.

Quels sont les cas les plus flagrants de constructions médiatiques dans l'histoire récente de nos sociétés ? 

La propagande c'est toujours quelque chose de facile à comprendre, d'accessible à tous.

Le défilé du 14 juillet et un des symboles présentés et construits par la République, c'est en cela qu'il participe fortement à la propagande républicaine française. Il coûte très cher, et je ne suis pas sûr qu'on en ait besoin pour maintenir l'idéal républicain, de plus est-ce l'image qu'on veut projeter ? L'image d'un pays fort par sa puissance militaire ? Pour moi le défilé militaire est d'un autre âge, et la différence avec la Corée du Nord n'est pas si grande sur la question du défilé. L'idée du défilé c'est de rassembler une population autour de quelque chose, bien que je pense qu'on pourrait trouver mieux qu'un défilé militaire. 

J'ai étudié un autre cas : celui de l'Etat islamique. La façon dont l'Etat islamique est dépeint dans les médias c'est une construction. Dans le sens où l'EI est présenté comme LA nouvelle menace. Pour moi il s'agit là d'une construction totale car si un Etat comme Israël qui se situe tout à côté ne s'émeut pas de son existence, on est en mesure de se demander pourquoi nous en faisons autant ? Il y a une construction pour dire que notre civilisation est en danger, mais on ne s'est pas soucié de l'EI avant qu'il ne s'en prenne aux journalistes. Les médias ont tendance à exagérer à outrance la menace d'EI, même si je ne minimise pas les attentats. Cependant cette propagande est utile pour unir les gens, et les unir contre quelqu'un.  Même si en tenant ces propos je passe pour un provocateur. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !