La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !
©Reuters

Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

Leur devise : pour vivre heureux, soyons aveugles.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

C'est une nouvelle de science fiction signée Isaac Asimov. Un vaisseau spatial s'écrase sur une planète inconnue. Il n'y a qu'un seul survivant. Il sort de la cabine et s'aperçoit que la planète ressemble un peu à la Terre. Devant lui, il voit un groupe de gens qui ont tous une apparence humaine.

 Il s'approche d'eux. Ils s'approchent de lui. Ils sont tout près les uns des autres, et il découvre que leurs orbites sont vides : ils n'ont pas d'yeux. Les habitants de cette planète sont aveugles. Ils le touchent avec leurs doigts, les passent sur son visage, découvrent qu'il a deux boules étranges, pour eux, dans ses orbites. Ils pensent qu'il est malade. Ils lui arrachent les yeux. 

En France, aujourd'hui, ce n'est pas de la science-fiction. Relayée par des médias, par des universités, par des syndicats enseignants, par des sites indigénistes et féministes, la machine à arracher les yeux est en marche. Vous voyez des progrès de l'islamisme dans les cités ? Vos yeux sont de trop ! Vous croisez des hijabs et des burqas en grand nombre ? Eux ne les voient pas, et donc, vos yeux sont pour eux une infirmité. 

Vous distinguez un homme d'une femme ? Vos yeux sont à nouveau de trop, car la seule chose à voir, c'est le genre ! Vous faites la différence entre la couleur noire et la couleur blanche ? Non, il n'y a rien à voir, et vos yeux malades seront arrachés ! Vous pensez, en regardant autour de vous, que la jupe est un vêtement féminin ? Vous serez considérés par les malvoyants comme des handicapés !

Les aveugles bien-pensants, comme dans la nouvelle d'Isaac Asimov, sont et seront sans pitié avec vous. Ils sont légion et dictent ce qui, selon eux, est normal et ce qui ne l'est pas. Ils haïssent toute différence qui s'éloigne de leur apparence. Leurs orbites sont des cavités sans yeux. Pourquoi comprendraient-ils que vous ayez des yeux ? 

Certains d'entre eux pensent faire ça par bienveillance. Les yeux que vous avez pour voir leur paraissent être une maladive excroissance. Et c'est pour vous guérir qu'ils les arrachent. Et afin que leur action soit parfaite, ils vous collent aussi des sparadraps sur la bouche. Car même aveugle, vous pourriez encore parler !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !