La Bulgarie a un stock de Bitcoins qui lui permettrait de rembourser 1/5 de sa dette nationale mais comment s’y prendre ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Bulgarie a un stock de Bitcoins qui lui permettrait de rembourser 1/5 de sa dette nationale mais comment s’y prendre ?
©Reuters

Belle opportunité

La Bulgarie a un stock de Bitcoins qui lui permettrait de rembourser 1/5 de sa dette nationale mais comment s’y prendre ?

Le média Coindesk a annoncé que le gouvernement bulgare a effectué une saisie auprès de traficants au mois de mai qui a été des plus lucratives. La Bulgarie a privé les trafiquants de 213 519 bitcoins, soit près de 3,4 milliards de dollars actuels, ce qui permettrait à l'Etat d'éponger près d'un quart de sa dette s'il décidait de revendre aujourd'hui.

Christopher Dembik

Christopher Dembik

Avec une double formation française et polonaise, Christopher Dembik est diplômé de Sciences-Po Paris et de l’Institut d’Economie de l’Académie des Sciences polonaise. Il a vécu cinq ans à l’étranger, en Pologne et en Israël, où il a travaillé pour la Mission Economique de l’Ambassade de France et pour une start-up financière. Il est responsable de la recherche économique pour le Groupe Saxo Bank. 

Voir la bio »

Atlantico :  Entre la valeur comptable actuelle du Bitcoin, soit 3 milliards pour l'Etat Bulgare, et la valeur de marché, c'est à dire la capacité à un tel prix, et pour un tel volume cet actif, quelle différence ? Le volume d'échange est-il suffisante pour absorber une telle vente équivalente à 3.3 milliards d'euros ? Peut-on considérer que L'Etat Bulgare a intérêt à solder sa position pour rembourser ses dettes ?

Christopher Dembik : Le gros problème inhérent au bitcoin c'est sa volatilité. La valeur que donne le marché aujourd'hui au bitcoin n'est pas assurée même sur le très court terme. D'ici a demain on peut envisager, si on considère que c'est une bulle, une forte baisse à très brève échéance.

C'est une richesse complètement virtuelle car finalement vous avez des difficultés à vendre vos Bitcoins et en plus du jour au lendemain le cours peut s'effondrer.

Ce que l'on a constaté selon un très bon article publié sur Bloomberg, c'est que l'on est sur un marché où finalement il n'y a que quelques acteurs aujourd'hui en mesure de contrôler les prix sur le marché. On est dans une situation d'oligopole qui traduit automatiquement des prix biaisés.

Aujourd'hui vous arriverez certainement à trouver des acheteurs car il y a un fort engouement de la part des investisseurs et même du quidam pour le bitcoin mais en même temps on est sur un marché qui n'est pas très liquide. Nous ne sommes pas sur des marchés avec une grande profondeur donc quand vous avez une telle quantité de Bitcoins cela pose des problèmes à la fois pour trouver des acheteurs mais aussi pour avoir des prix intéressants. La vente des Bitcoins bulgare pourrait aussi faire un déclic et faire plonger le cours du Bitcoin.

Je reste très dubitatif sur le fait qu'un Etat du jour au lendemain décide de vendre du Bitcoin. C'est compliqué en termes de régulation financière. Après la vision purement rationnelle pour la Bulgarie serait de profiter de ce magot qui est tombé de manière inopinée sachant que la Bulgarie n('est pas l'Etat avec la meilleure dynamique économique, c'est une occasion qui ne se représentera pas deux fois.

Qu'est-ce que cette problématique liée au volume peut révéler de la force ou de la faiblesse du Bitcoin ? En quoi la reprise du Bitcoin au sein de la bourse de Chicago (CBOE) peut-elle permettre à la cryptomonnaie de gagner en crédibilité auprès des investisseurs ? 

Il y a un problème en termes de volume échangé avec cette situation d'oligopole. Si vous êtes un de ces teneurs du marché comme pourrait l'être la Bulgarie avec son magot, vous pouvez être en position d'orienter le cours dans la direction souhaitée.

 Le problème dans tous les cas c'est que, comme pour n'importe quel actif financier vous devez fluidifier le marché ce qui implique de créer de nouveaux produits. Dans l'immédiat le premier effet que l'on constate avec l'intronisation à la bourse de Chicago c'est que cela va permettre de prendre moins de risques, que cela offre une visibilité et plus de liquidité. Estc-e que cela va infleuncer à plus ou moins long terme le marché c'est difficile à dire. Aujourd'hui on voit que les futurs sont nettement en hausse mais il faudra attendre le premier trimestre 2018 pour avoir une vision moins biaisée.

Quels sont les freins les plus importants à la poursuite du mouvement haussier ? 

De manière purement financière d'abord il y a indéniablement la régulation. Le risque est qu'il y ait un Etat comme la Russie ou la Chine par exemple qui utilise beaucoup la transaction en Bitcoins et qui décide du jour au lendemain de bannir les échanges en Bitcoins. Là vous aurez une vraie difficulté à la poursuite du mouvement haussier. A plus long terme c'est aussi la régulation. Quels seront les pays qui vont décider de réguler. C'est très dur à coordonner car par nature le bitcoin n'est pas centralisé mais c'est un problème qui se posera sur le long terme.

En dehors du problème financier c'est la sécurité car on a vu que les hackers arrivent à s'emprarer de Bitcoins mais le gros frein c'est la consommation énergétique. Aujourd'hui, du fait de la forte consommation énergétique, le coût de transaction du bitcoin est l'équivalent de la carte bancaire. Aujourd'hui l'intérêt d'utilisation du Bitcoin comme moyen de paiement n'est donc pas plus intéressant

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !