L’UE post-Brexit : de l’effacement accéléré au rebond ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L’UE post-Brexit : de l’effacement accéléré au rebond ?
©Isabel INFANTES / AFP

Perspectives

L’UE post-Brexit : de l’effacement accéléré au rebond ?

Pour des raisons démographiques, économiques et stratégiques, l’Union européenne s’efface progressivement du rang des puissances de ce monde. Dans une indifférence généralisée et un silence assourdissant, cette dynamique de déclin relatif était déjà vraie à 28, le Brexit l’accélère.

Pierre Verluise

Pierre Verluise

Docteur en géopolitique, Pierre Verluise est fondateur du premier site géopolitique francophone, Diploweb.com.

Voir la bio »

Le départ du Royaume-Uni réduit la superficie, la population, la production, la culture stratégique de l’UE. 

Alors que l’espace UE-28 représentait 13,3 % de la population de la planète en 1960, l’UE 28 représente à peine 6,9 % de la population de la planète. La sortie du Royaume-Uni se solde par une diminution de 12,91% de sa population. Celle-ci passe de 513 millions d’habitants à 446,8 millions, soit d’environ 6,9 % de la population mondiale à environ 5,9 %.  Autrement dit, l’UE sans le Royaume-Uni devient moins peuplée que l’UE à 25 au 1er mai 2004 (450 millions d’habitants). Compte tenu de sa faible fécondité, en 2050, l’UE dans sa configuration UE-27 du 1er février 2020 pèserait entre 4 et 4,5 % de la population mondiale. Réduite à un asile de vieux, l’UE aura bien du mal à défendre ses intérêts. 

De 1980 à 2014, la part de l’espace UE-28 dans la production mondiale en Parité de pouvoir d’achat (PPA) a reculé de 31,2 % à 18,3 %, ce qui signifie que la place relative de l’espace UE-28 représente au 1er janvier 2020 moins des deux tiers de ce qu’elle pesait 34 ans plus tôt. Au vu des données pour 2016, l’UE-28 représentait à cette date 17,6 % du PIB mondial en PPA. L’UE sans le Royaume-Uni ne représente qu’environ 15,2 % du PIB mondial en PPA. Parce que le niveau de vie du Royaume-Uni est un peu supérieur à la moyenne de l’UE, son départ ne peut que se traduire par un abaissement du niveau de vie moyen de l’UE. Et les candidats sont tous plus pauvres que la moyenne de l’UE, ce qui risque d’accentuer la dégringolade. Quelle perspective enthousiasmante ! 

Non sans rivalité avec la France, sabotant avec soin tout effort de construire une défense européenne dans l’espoir de plaire aux États-Unis, le Royaume-Uni n’a pas que des faits de gloire à son bilan. Il partage notamment  avec la France de Nicolas Sarkozy  la responsabilité historique d’avoir été au premier plan d’une intervention militaire calamiteuse en Lybie (2011), outrepassant la résolution des Nations Unies pour laisser un chaos. Le résultat indirect est le bourbier du Sahel où Paris se sent de plus en plus seule. Il n’en demeure pas moins que le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne – mais pas de l’OTAN – signe à la fois le départ d’une puissance nucléaire et d’un membre permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies. Certes, Paris s’échine depuis le lendemain du référendum à repenser de nouveaux liens stratégiques avec Londres, mais il n’empêche que la culture stratégique de l’UE se trouve amoindrie. Paris reste seule avec un désir de puissance sans lequel il n’est pas de puissance tout court. 

Ainsi, l’UE a jusqu’ici surtout fait preuve de son incapacité à enrayer son effacement démographique, économique et stratégique, désormais accentué par le départ effectif du Royaume-Uni. Soyons franc, le plus probable est que la dégringolade continue. Les États-Unis, comme la Russie, voire la Chine, y travaillent avec constance. Les plus cyniques les féliciteront à l’occasion, dans l’espoir de récupérer quelques miettes, fonctions ou maroquins.  Leurs services de renseignement grouillent déjà dans les pays membres et plus encore à Bruxelles. Tout va donc pour le pis. Et pourquoi pas ? Après tout,  l’Europe géographique – à des degrés divers selon les pays – domine le monde depuis 5 siècles. C’est déjà pas mal. Rien de plus « normal » que la roue tourne. Il en a toujours été ainsi. Qui saurait rédiger une page sur Gengis Khan, fondateur de l'Empire mongol, le plus vaste empire continu de tous les temps, estimé lors de son extension maximale à 33,2 millions de km2 ? A l’image d’un tableau de classe qu’une main insouciante efface, il ne restera très probablement bientôt plus que des traces de l’Union européenne. En 2500 après J-C, les élèves des lycées apprendront d’une oreille distraite : « Du XVIe au XXe siècle, l’Europe a dominé le monde, lui apportant bien des merveilles, non sans violences et crimes contre l’humanité. Puis une de ses formes politiques, l’UE, s’est progressivement disloquée. Des puissances extérieures et des forces intérieures mortifères se sont conjuguées pour l’affaiblir, et la réduire à un marché où il était possible de faire main basse sur des technologies et quelques cerveaux bien faits. Les Européens ont été assez bêtes pour se déchirer entre eux, en pensant qu’ils seraient plus forts divisés. Quelle bonne blague. » Avec une mauvaise joie, les élèves souriront… ou pas. 

Après tout, pourquoi pas ? Sauf qu’il n’y a aucune raison que les puissances d’aujourd’hui et de demain nous épargnent. Les puissances d’aujourd’hui et de demain sauront adapter des formes de domination que nous avons pratiquées avec tant de bonne conscience, et en inventer de nouvelles, par exemple numériques. Si notre bonne conscience passée était délicieuse, avoir la tête sous le pied du vainqueur sera douloureux. Si vous en doutez, faites un essai avec une personne de connivence. 

Alors rêvons. Et si après en avoir été incapable, l’Union européenne poussait du pied au fond de la piscine pour remonter à la surface ? Quelles pourraient être les conditions du rebond ? De l’incapacité il faudrait passer à la capacité de faire, de faire faire, de refuser de faire et d’empêcher de faire. Bref, passer de l’impuissance à la puissance. Il faudrait avoir une conscience claire de nous-mêmes, respecter ou adapter nos valeurs au monde de demain, savoir quels sont nos véritables intérêts et mettre en œuvre les moyens de les défendre avec pugnacité. Pour survivre, voire rester maîtresse de son destin, l’Union européenne devrait développer une culture géopolitique commune, avec l’ambition soutenir ses fondamentaux de la puissance : le territoire, la population et un désir commun. Une fois au clair sur nos intérêts partagés, il deviendrait possible de savoir qui sont véritablement nos alliés et nos adversaires. Il deviendrait possible de mobiliser des moyens humains, politiques, économiques et stratégiques. Avec – enfin – une conscience du temps long. 

Les 17 et 18 janvier 2020, la première édition de la Fabrique défense avait pour slogan « Fabriquons une défense européenne ». Alors rêvons, l’Union européenne – réinventée et remobilisée – saura mobiliser les ressources politiques, démographiques, économiques et stratégiques pour ne pas s’effacer. La formidable énergie politique investie de 2016 à 2020 dans le Brexit aurait fait des merveilles si elle avait été utilisée à des fins constructives. La page du Brexit tournée, saurons-nous utiliser cette énergie géopolitique pour défendre nos dernières – toutes petites – chances de ne pas nous dissoudre dans l’oubli des vaincus ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !