Hijab et birthday cake royal : la pâtissière de Sa Majesté était voilée et tout ce que les Britanniques ont retenu (eux), c’était que le gâteau penchait | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hijab et birthday cake royal : la pâtissière de Sa Majesté était voilée et tout ce que les Britanniques ont retenu (eux), c’était que le gâteau penchait
©Reuters

Not shocking

Hijab et birthday cake royal : la pâtissière de Sa Majesté était voilée et tout ce que les Britanniques ont retenu (eux), c’était que le gâteau penchait

La pâtissière qui a offert à la reine d'Angleterre son gâteau d'anniversaire pour ses 90 ans portait un hijab. Alors qu'un détail pareil provoquerait de vives polémiques médiatiques en France, rien outre-Manche. Cela est du aux différences d'approche du fait religieux et communautaire dans l'Hexagone et chez nos voisins britanniques.

Moustafa  Traoré

Moustafa Traoré

Moustafa Traoré est diplômé d'un doctorat en études anglophones de la Sorbonne. Il est spécialiste du système d'intégration en Grande-Bretagne et de ses limites.

 

Voir la bio »

Atlantico : La pâtissière qui a offert son gâteau d’anniversaire à la reine d'Angleterre ce jeudi 21 avril portait un voile. Alors qu'en France une telle image aurait immanquablement déclenché des polémiques sans fin, les médias britanniques ne s'en sont pas émus le moins du monde. A quoi sont dues ces différences de réactions ?

Moustafa Traoré : Ce sont deux cultures différentes. En France nous sommes dans une société laïque, alors qu'il n'y a rien de tel en Angleterre. Quand nous regardons la Constitution britannique, la reine est le chef d'Etat, tout en étant à la tête de l'Eglise anglicane. Il n'y a donc pas de séparation entre l'Eglise et l'Etat. Le religieux n'est pas exclu de leur sphère politique et sociale. Dans la constitution britannique, il y a la loi de 1701, Act of Settlement, décrit le rôle de celui ou celle qui doit porter le couronne. Pour être roi, il faut être protestant. Un catholique, un juif ou un musulman ne peut pas l'être. Nous savons déjà qu'il y a un lien direct entre le religieux et l'Etat. Quand nous regardons comment la religion anglicane est née et s'est imposée au Royaume-Uni, nous voyons que c'est lié à la famille royale : Henri VIII a été excommunié par le pape et a fondé sa religion. La laïcité telle qu'elle est reconnue en France n'existe qu'en Tunisie et en Turquie. La reine, à la tête de l'Eglise anglicane, doit organiser le vivre-ensemble entre les confessions. De plus, c'est un pays qui a fait le choix du multiculturalisme.

L'absence d'indignation médiatique concernant le voile et les autres symboles de l'islam outre-Manche est-elle pour autant le signe d'une meilleure intégration des musulmans dans la société britannique que dans la nôtre ?

A partir des années 1960, l'Angleterre a opté pour un système d'intégration et non pas pour un système d'assimilation comme la France. Dans l'histoire française, les minorités ont toujours été assimilées. Les Anglais ont été influencés par les Etats-Unis et estiment que l'assimilation est trop extrême. L'assimilation des aborigènes en Australie, qui a eu cours jusqu'en 1973, a été reconnue comme un génocide. C'est ce qui explique le rejet de l'assimilation outre-Manche. 

La tentative d'annihiler les différences en France crée une tension entre la majorité et les minorités. D'ailleurs les migrants essaient tous d'aller en Angleterre et non en France, ce qui en dit beaucoup sur les différences. Outre-Manche, ils accueillent plus facilement l'étranger. Aujourd'hui, ne réfléchit à la famille royale. Le mari de la reine n'est pas né en Angleterre. Il n'est même pas anglais. Le prince Philip est né en Grèce et est issu de la famille royale grecque et danoise et a dû se faire naturaliser et se convertir. Cela ne pose aucun problème là-bas. 

En quoi la France pourrait-elle s'inspirer de la retenue britannique pour mieux appréhender des questions comme celle du voile à l'université, au travail ou lors de sorties scolaires par exemple ?

Soit la France adopte un modèle anglo-saxon et s'inspire du modèle américain, soit elle reste sur l'assimilation, mais elle devrait être claire sur le sujet. Mais avec ce second modèle, les tensions perdureront toujours. Tout le monde n'est pas capable de s'assimiler, ou n'en a pas la volonté. Les minorités visibles n'ont pas nécessairement la possibilité de s'invisibiliser. Il y a déjà le prénom : quand on s'appelle "Mohammed", on porte une différence. Or, l'assimilation voudrait les gens tous identiques, alors que l'intégration l'accepte.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !