Faut-il avoir peur de l'avion au 21e siècle ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Chaque semaine, une trentaine d’incidents graves font passer les passagers trop près du crash aérien.
Chaque semaine, une trentaine d’incidents graves font passer les passagers trop près du crash aérien.
©

Mal de l'air

Faut-il avoir peur de l'avion au 21e siècle ?

Chaque semaine, une trentaine d’incidents graves font passer les passagers trop près du crash aérien. Dans sa dernière enquête intitulée "Ces avions qui nous font peur", François Nénin lève le voile sur les pratiques douteuses qui mettent les usagers en danger.

François  Nénin

François Nénin

François Nénin est journaliste enquêteur spécialiste de l'aérien et professeur d'investigation au CFPJ. Il a publié trois livre-enquêtes sur l'aérien dont Transport aérien le dossier noir et Ces avions qui nous font peur aux éditions Flammarion. Collaborateur des magazines Marianne et VSD, il a réalisé le film "Air France la chute libre" pour l'émission Special Investigation de Canal Plus et "Où est passé le MH 370" pour Complément d'enquête (France 2). Ayant suivi une formation de pilote privé, il avait créé le site bénévole securvol.fr pour combler le manque d'informations sur les compagnies. Il vient de sortir deux livres de récits : "Oups, on a oublié de sortir le train d'atterrissage" et "Vols de merde, les pires histoires de l'aviation".

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre dernier ouvrage, "Ces avions qui nous font peur", vous dressez un état des lieux inquiétant de la situation du transport aérien. L'avion est pourtant souvent présenté comme le moyen de transport le plus sûr. Selon vous, est-ce une affirmation exacte ? 

François Nénin : absolument pas. Les lobbies de l'aérien qui répètent depuis des années ce slogan oublient de dire qu'en Europe, le niveau de sureté de l'avion est a égalité avec le train et dans le monde, bien qu'il n'y ait pas de statistiques officielles pour les accidents ferroviaires, chacun peut se rendre compte que les 90 accidents d'avion annuels sont bien au-dessus du nombre d'accidents de train. Par ailleurs, ces mêmes lobbies qui communiquent en parlant avec indécence d'un faible nombre de morts annuels - entre 400 et 700 selon les années - se gardent bien de donner les chiffres des blessés. Autre tromperie : les chiffres officiels de l'association IATA*, qui regroupe les 283 plus grandes compagnies, se basent sur les accidents d'avions de conception occidentale, ce qui exclut de facto les appareils construits par l'ex URSS, comme les Tupolev et les Iliouchine, qui enregistrent des taux d'accidents sans commune mesure avec les Boeing, les Airbus et les Embraer. 

En réalité, ces lobbies, pour rassurer les passagers, extrapolent grossièrement les statistiqueslorsqu'ils prétendent qu'il faudrait prendre un avion tous les jours pendant 14 000 ans pour avoir un accident. 

Chacun sait que l'on peut manipuler des données brutes pour leur faire dire n'importe quoi. Prendre comme base une personne qui serait seule dans un avion pendant cette période est une manipulation. Pour que cette statistique soit réaliste, il faudrait au moins prendre un avion avec un taux moyen de remplissage de 70%. Le problème est que cette manipulation est relayée par beaucoup de médias. 

La crise que traverse le secteur du transport aérien constitue-t-elle une menace pour les passagers ?

Bien sûr ! Les variables d'ajustement, ce sont la maintenance, le repos des équipages, leur niveau de formation et leur entraînement. L'avion est un moyen de transport coûteux en raison de la masse salariale, des coûts d'exploitation et de maintenance et du kérosène. Il y a une quinzaine d'années, on a fait croire aux passagers que l'on pouvait aller en vacances avec un billet d'avion coûtant moins cher que le taxi pour se rendre à l'aéroport. Mais les passagers peuvent payer très cher cette baisse de prix : leur vie est mise en danger. 

Est-ce un secteur où tout est permis ? 

Au terme de cette enquête, je révèle un secteur totalement vérolé par la corruption, la vendetta vis-à-vis de ceux qui ont le courage de dénoncer les manquements à la sécurité et le trucage des enquêtes sur les crashs. J'ai recueilli le témoignage d'un juge d'instruction français, le juge Germain Sengelin, un juge intègre, qui raconte les pressions qu'il a subies de la part de l'État lors de l'enquête sur le crash d'Habsheim. 

Le prix est un élément primordial dans le choix d'une compagnie. Voyage-t-on autant en sécurité via une compagnie low-cost que sur les compagnies traditionnelles ?

Certaines compagnies low-cost n'hésitent pas à pousser les commandants de bord à rogner sur la marge de sécurité liée à l'import de kérosène.
Peser moins lourd pour consommer moins est une équation à risque qui peut entraîner l'impossibilité de se dérouter à l'arrivée en cas de problème. Des compagnies sont tellement au bord du gouffre financier que les pilotes de l'une d'elles n'avaient pas hésité à racketter des passagers pour payer le kérosène ! D'autres n'hésitent pas a faire dormir leurs "pilotes sdf" dans les aérogares ou des caravanes, comme je le raconte dans mon livre.
Ceci dit, certaines compagnies low-cost sont très sérieuses.  

Quels sont les critères à prendre en compte afin de voyager en avion en plus grande sécurité ? 

Tout d'abord, une démarche basique : vérifier que la compagnie n'est pas inscrite sur la liste noire européenne. Attention, cette liste n'est pas exhaustive. Ensuite,  "googeliser" la compagnie pour voir si elle n'a pas une accidentologie élevée ou des incidents récurrents. Il existe des sites sur lequel on peut se renseigner, comme celui que nous animons bénévolement : securvol.fr

Prendre l'avion va-t-il être plus sûr à l'avenir ? Comment le secteur du transport aérien va évoluer ?

Je raconte dans mon enquête les projets complètement fous qui se préparent a Bruxelles : réduction drastique des temps de repos des pilotes, pilotage à un seul pilote sur le court courrier, pilotage depuis le sol. Mais le plus grand risque ne réside pas dans la recherche technologique, car de toute façon peu de passagers accepteront de monter dans un avion piloté depuis le sol - que des pirates pourront éventuellement hacker -  mais dans les trouvailles des financiers qui pilotent avant tout des modèles économiques et rivalisent d'imagination pour réduire les coûts, au détriment de notre sécurité. 

* International Air Transport Association

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !