Faire cet unique exercice physique à votre bureau permet de brûler des graisses | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Faire cet unique exercice physique à votre bureau permet de brûler des graisses
©Fadel Senna / AFP

À vos bureaux !

Faire cet unique exercice physique à votre bureau permet de brûler des graisses

Entretien avec l'auteur de l'étude, Marc Hamilton, professeur de physiologie à l'Université de Houston

Marc Hamilton

Marc Hamilton

Marc Hamilton est un expert international en physiologie musculaire.

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre nouvelle étude, "A potent physiological method to magnify and sustain soleus oxidative metabolism improves glucose and lipid regulation", vous vous êtes attaché à cibler le muscle soléaire.  Pourquoi ce muscle ? 

Marc Hamilton : J'ai toujours été curieux du fait que les muscles d'un même animal ou d'une même personne peuvent souvent être très différents les uns des autres. Pour moi, les recherches antérieures étaient un indice que si nous pouvions cibler le muscle soléaire, toutes sortes de personnes pourraient en tirer parti pour le bien de l'ensemble du corps. 'Comme nous l'avons écrit dans l'introduction du nouvel article, il ne s'agit que d'une hypothèse et elle pourrait être fausse pour de nombreuses raisons. 

Racontez-nous votre histoire et comment vous avez commencé cette recherche sur le soléaire.

Nous savions que, du point de vue de la génétique moléculaire, le soléaire est assez atypique ; les données montrent que le soléaire a plus de points communs avec la langue et le diagramme qu'avec les autres muscles des jambes situés juste à côté.  Je dois une grande partie de mon intérêt pour cette question à trois fantastiques scientifiques français.  Dans la première étude que j'ai publiée lorsque j'ai lancé mon propre laboratoire indépendant en 1998, j'ai eu l'honneur de bénéficier de la collaboration de l'expertise renommée du Dr Jacqueline Etienne de Paris. À l'époque, j'ai découvert que l'activité contractile locale jouait un rôle important dans la stimulation du métabolisme, mais que cela dépendait du type de muscle. Nous avons appris cela en étudiant la régulation moléculaire d'une enzyme très importante qui joue un rôle central dans la régulation de l'endroit où les graisses sont stockées ou brûlées comme carburant dans différentes parties du corps. Le gène appelé lipoprotéine lipase (LPL) fabrique cette enzyme qui a la tâche unique de décomposer et d'éliminer les graisses du sang (lipoprotéines riches en triglycérides, celles qui provoquent les maladies cardiaques). Au lieu de provoquer des maladies, ce dangereux lipide sanguin peut servir de carburant pour les besoins énergétiques élevés du soléaire, lorsque ce muscle travaille. Mon premier stagiaire postdoctoral était également français, le Dr Lionel Bey. Il m'a accompagné au département des sciences biomédicales de l'université du Missouri après avoir obtenu son doctorat pour travailler dans mon laboratoire pendant plusieurs années. Lionel a été à l'origine de certaines études fascinantes sur les propriétés biochimiques particulières du muscle soléaire pendant l'inactivité et les contractions musculaires.  Enfin, le "premier de tous les premiers" en physiologie du muscle soléaire était l'un des scientifiques français les plus célèbres de tous les temps, le Dr Louis-Antoine Ranvier. Il était surtout connu pour son étude des nerfs. Mais malheureusement, ses travaux en tant que physiologiste du muscle ont été largement négligés. Il a fait une observation obscure que j'ai trouvée absolument fascinante. Ses travaux sur le soléaire chez divers types d'animaux aident à comprendre mes découvertes actuelles sur les effets des contractions du soléaire chez divers types de personnes. J'ai donc crédité Ranvier pour deux de ses publications de 1873 et 1880 dans mon article actuel. En réanalysant de près ses perspectives, je constate qu'il était curieux des mêmes choses que moi en matière de physiologie musculaire, mais qu'il avait 150 ans d'avance sur moi !  Ranvier a été la première personne de l'histoire à décrire remarquablement bien le soléaire. Il l'a décrit avec précision comme un muscle rouge aux capillaires incurvés qui se contracte relativement lentement et résiste à la fatigue. Lorsque j'ai étudié ses écrits d'encore plus près, Ranvier a fourni l'observation la plus intéressante et pourtant obscure. Il a dit que les animaux domestiques sédentaires et les animaux sauvages (athlétiques), génétiquement plus nombreux, ont tous un soléaire particulier par rapport aux autres muscles. Dans nos travaux actuels, nous avons été surpris par la capacité physiologique du muscle soléaire à passer d'un combustible à un autre et à maintenir un taux élevé de métabolisme oxydatif pendant des heures. C'est comme si les gens ordinaires possédaient, au niveau régional, dans leur seul muscle soléaire, le type d'endurance nécessaire pour maintenir un taux métabolique local élevé et une flexibilité métabolique exceptionnelle que les cyclistes du Tour de France génétiquement doués et bien entraînés sont connus pour avoir dans les muscles de leurs jambes. Ranvier a été surpris que les chats et les lapins domestiqués aient un muscle soléaire similaire à celui des chats sauvages et des lièvres sauvages. Nous avons été surpris que les humains sédentaires du monde moderne qui s'assoient 70 heures ou même plus par semaine pour tout faire aient conservé un muscle soléaire athlétique. 

Vous avez découvert que le fait d'effectuer le push up du soléaire (SPU), même en position assise, peut aider les gens à brûler des graisses. Quel est le mécanisme en jeu qui explique ce phénomène ?  

Il y a probablement plusieurs mécanismes, y compris plusieurs éléments du système vasculaire local tels que des capillaires plus courbés comme l'a décrit Ranvier, et les protéines régulatrices et les enzymes métaboliques qui entraînent une plus grande extraction des lipides du sang comme la LPL décrite ci-dessus.

Comment doit-on pratiquer le push up du soléaire pour une efficacité maximale ? 

Le conseil le plus simple et le plus important que les gens doivent retenir sont ces 4 choses. 1) Augmenter le métabolisme du soléaire avec les contractions SPU (Soleus Push Ups) vous donne l'opportunité d'augmenter votre métabolisme musculaire d'une manière significative quand vous choisissez de le faire.  2) Vous avez le choix de profiter du processus d'amélioration de la santé que représente un métabolisme musculaire élevé aussi longtemps que vous le souhaitez. La plupart des personnes valides sont déjà assises pendant 70 heures chaque semaine. Comme vous faites des contractions SPU lorsque vous êtes assis, cela vous donne de nombreuses possibilités. 3) Soyez positif et encouragez les personnes qui en ont le plus besoin. La plupart des obstacles bien connus à l'activité physique (par exemple, le manque de temps, les limitations physiques, l'accès/les coûts) qui vous ont frustré et empêché de bénéficier de la vie avec un métabolisme musculaire élevé pendant la majeure partie de la journée ne s'appliquent pas aux contractions SPU. Vous serez de toute façon souvent assis. Autant faire quelque chose qui est bon pour la santé de votre corps maintenant et qui prolonge votre espérance de vie dans la vieillesse. 4) Voici ce que vous pouvez faire pendant les heures de la journée où vous ne faites pas d'exercice. Soulevez des poids pour devenir fort (si vous le faites en toute sécurité). Faites des courses, des randonnées en montagne et de longues promenades à vélo (lorsque vous avez le temps ou un endroit pour le faire). Mais n'oubliez pas que la question physiologique la plus négligée et la plus fondamentale qui a conduit ces recherches est que, comme tout moteur, le muscle inactif a besoin de très peu de carburant (et donc de peu de besoin de brûler de l'énergie sous forme de glucose ou de graisses pour le métabolisme oxydatif).

Si l'exercice est si simple, pourquoi n'est-il pas plus connu dans une société où la forme physique est devenue très importante ? 

Les gens sont fascinés par cette question. J'encourage donc les gens à lire l'article et à tirer leurs propres conclusions. Dans les sections Introduction et Discussion, nous présentons un certain contexte historique. Nous expliquons par exemple que le point de vue dominant des autorités de santé publique (principalement issu de l'épidémiologie et non de la physiologie) est qu'il existe un seuil de taux métabolique du corps entier qui doit être dépassé pour induire un gain robuste dans les réponses de santé métabolique. En outre, les muscles spécifiques recrutés et les types d'activité contractile ont été largement ignorés dans la recherche humaine. En prenant du recul, nous avons adopté une perspective plus physiologique dans les expériences actuelles. Plus récemment, des directives nationales ont proposé aux gens de s'asseoir moins et/ou de bouger plus, en plus des méthodes traditionnelles d'exercice. Malheureusement, ces conseils manquent encore de précisions sur la manière de réduire suffisamment le temps de sédentarité pour obtenir les gains de santé les plus significatifs. Les diminutions rapides et importantes de l'absorption des triglycérides par les muscles squelettiques observées dans mes études antérieures sur la physiologie de l'inactivité dans mes études sur les animaux ont été largement citées par les épidémiologistes pour fournir une plausibilité biologique permettant de comprendre les associations observationnelles de maladies liées au temps sédentaire. Ce qui a été négligé, c'est que les mêmes publications citées pour fournir la plausibilité biologique des raisons pour lesquelles l'inactivité musculaire est malsaine font également allusion à une solution potentielle ; ces études étaient principalement basées sur les réponses moléculaires et biochimiques locales importantes dans le muscle soléaire (chez les rongeurs) qui dépendent d'une activité contractile prolongée. Les résultats actuels prouvent que le muscle soléaire humain a le potentiel de contribuer à la régulation métabolique systémique. Les résultats révèlent que le muscle soléaire humain de personnes ordinaires, même sans entraînement préalable à l'exercice, est déjà physiologiquement capable de produire des réponses saines. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !